•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation citoyenne contre la vitesse à Sainte-Ursule

Une pancarte faite à la main

Des citoyens de Sainte-Ursule ont créé des pancartes pour inciter les automobilistes qui circulent sur la route 348 à ralentir.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des citoyens de Sainte-Ursule, en Mauricie, se mobilisent pour faire diminuer la vitesse sur l'artère principale de la municipalité.

Plusieurs Ursulois qui résident en bordure de la route provinciale 348 ont pris l'initiative d'installer sur leur terrain des pancartes qu'ils ont eux-mêmes fabriquées.

Dans ce secteur, la limite de vitesse est fixée à 70 kilomètres à l'heure, mais les résidents remarquent que peu d'automobilistes la respectent.

Les gens ne sont pas capables d'entrer tranquillement dans leur stationnement, lance Johane Garneau, qui a été la première à installer une affiche chez elle. Ils sont stressés parce qu'il y a derrière eux un camion ou un autre automobiliste qui fait signe d'impatience.

On n'est pas sur la 40 ici.

Johane Garneau, résidente de Sainte-Ursule

Les citoyens veulent que la Municipalité demande au ministère des Transports du Québec des affiches lumineuses qui indiquent la vitesse des automobilistes. Le maire, Réjean Carle, salue l'initiative des citoyens, mais croit que certains estiment mal la vitesse à laquelle roulent les voitures.

Je pense que dans l'ensemble, dans le village, ça va assez bien, dit-il. Mais partout où vous parlez à un citoyen, il va trouver que ça roule trop vite. Ils en voient passer un, ils pensent qu'il roule à 90 [kilomètres à l'heure], mais si on regarde sa vitesse, il roule 75 [kilomètres à l'heure].

Ce mouvement citoyen contre les excès de vitesse a par ailleurs trouvé des adeptes jusque dans la municipalité voisine de Saint-Édouard-de-Maskinongé où le message semble déranger, puisque certaines pancartes ont été vandalisées.

Une pancarte faire à la main

Selon la Société d'assurance automobile du Québec, le risque d'accident en milieu rural est deux fois plus élevé lorsqu'on roule à 10 km/h au dessus de la limite permise.

Photo : Radio-Canada

Selon la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ), le risque d’accident en milieu rural est deux fois plus élevé lorsqu'on roule à 10 kilomètres à l'heure au-dessus de la limite permise. Ce risque est six fois plus élevé lorsque la vitesse excède de 20 kilomètres à l'heure la limite établie.

Par ailleurs, en 2015, la SAAQ enregistrait 56 % des accidents de la route avec lésion corporelle sur les routes numérotées de la province, contre 16,2 % sur les chemins ou les rangs, et 5 % sur les autoroutes.

Avec les informations de Pascale Langlois

Mauricie et Centre du Québec

Politique municipale