•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carnage au Texas : une fusillade fait 20 morts

Des employés du magasin Walmart d'El Paso, au Texas, se réconfortent à la suite de la fusillade qui a fait au moins 20 morts, le 3 août 2019.

Photo : Associated Press / Mark Lambie

Radio-Canada
Mis à jour le 

Un tireur a semé la terreur, samedi, dans un magasin Walmart d’El Paso, au Texas, où il a abattu 20 personnes, en plus d’en blesser 26 autres. Le suspect, un homme de 21 ans, a été arrêté à la suite de ce carnage et est détenu par la police, qui soupçonne un crime haineux.

De 1000 à 3000 clients se trouvaient à l'intérieur du Walmart d'El Paso lorsque le tireur a commencé à faire feu sur les gens, vers 10 h samedi. Le commerce était bondé, parce que Walmart venait de mettre en vente des fournitures scolaires en prévision de la rentrée.

Cette journée, qui aurait dû être normale pour des gens venus faire du magasinage, s'est transformée en l'une des plus meurtrières de l'histoire du Texas, a regretté le gouverneur de l'État, Greg Abbott.

Vingt innocents ont perdu la vie, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse, en appelant la population d'El Paso à se réunir, toutes origines confondues, pour surmonter cette catastrophe.

Vanessa Saenz, 37 ans, a expliqué sur Fox News avoir entendu comme des feux d'artifice alors qu'elle cherchait une place de stationnement.

J'ai vu un homme avec un t-shirt noir et un pantalon de camouflage qui portait ce qui m'a semblé être un fusil. Il visait les gens et tirait directement sur eux. J'en ai vu trois ou quatre tomber à terre, a-t-elle raconté.

Un homme blanc de 21 ans, originaire d'Allen, près de Dallas au Texas, s'est rendu aux policiers après le massacre et a été arrêté. D'après la police, il aurait utilisé une arme d'assaut.

Le président du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, a indiqué en soirée que trois ressortissants nationaux se trouvent parmi les victimes et que six autres ont été blessés.

Des hommes armés rassemblés près d'un camion de pompiers.

Des policiers lourdement armés ont été déployés sur les lieux de la fusillade, à El Paso.

Photo : AFP / Joel Angel Juarez

L'enquête se poursuit pour déterminer les motivations du suspect.

Lors d'un point de presse en fin de soirée samedi, le sergent Robert Gomez de la police d'El Paso a déclaré que le tireur présumé parlait aux enquêteurs.

« Ses motivations et ce qui s'est passé » font l'objet d'une enquête, a ajouté M. Gomez.

Le sergent a précisé que le suspect n'a pas encore été formellement accusé.

Plus tôt samedi, Greg Allen, de la police d'El Paso, avait évoqué un possible crime haineux, faisant référence à la publication d'un manifeste du suspect sur les réseaux sociaux. Les autorités doivent toutefois déterminer s'il s'agit bien d'un document publié par le tireur présumé.

Des veillées aux chandelles ont été organisées en soirée, notamment à l'école secondaire d'El Paso.

Des gens participent à une veillée aux chandelles.

Des personnes ont participé le 3 août 2019 à une veillée aux chandelles à l’école secondaire d’El Paso, au Texas, à la mémoire des victimes d’une fusillade commise dans un Walmart.

Photo : Reuters

Située à la frontière du Mexique, juste en face de la ville de Juarez, El Paso est la sixième plus grande ville du Texas; elle compte une population de 682 669 personnes. La population est majoritairement composée d'hispanophones (80,8 %), selon le bureau du recensement des États-Unis.

Des réactions politiques

Aujourd'hui, la communauté d'El Paso a été atteinte par un acte de violence haineux et insensé, a déclaré dans un communiqué le gouverneur du Texas, Greg Abbott.

Le président des États-Unis, qui avait été rapidement informé de la fusillade et disait suivre la situation, a dénoncé en soirée un acte lâche. Il a ajouté que rien ne justifie la mort de personnes innocentes.

Le candidat à la primaire démocrate Beto O'Rourke, originaire d'El Paso et dont il a jusqu'à récemment été le représentant au Congrès, a accusé Donald Trump d'encourager le racisme aux États-Unis.

Nous assistons à une augmentation des crimes haineux chaque année depuis trois ans, sous une administration dont le président traite les Mexicains de violeurs et de criminels, a-t-il dénoncé après avoir rendu visite aux victimes dans un hôpital d'El Paso. Trump est un raciste et il attise le racisme dans ce pays, a-t-il accusé.

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a lui aussi exprimé son soutien aux familles des victimes et a souhaité un prompt rétablissement à tous les blessés.

Des hommes et des femmes sortent d'un centre commercial en levant les mains en l'air devant une voiture de police.

Les citoyens ont été évacués du centre commercial par les forces de l'ordre.

Photo : Reuters

Comme après chaque bain de sang, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer une meilleure régulation du marché des armes à feu.

Nous portons les victimes dans notre cœur et promettons de continuer à agir en leur honneur, a ainsi tweeté l'organisation militante Moms Demand Action (Les mères exigent des actes).

Nous devons agir maintenant pour mettre un terme à cette épidémie de violence par armes à feu, a renchéri la candidate à la primaire démocrate, Elizabeth Warren, qui se dit « consternée » par la fusillade à El Paso.

Sur Twitter, Walmart a présenté ses condoléances : Nous sommes sous le choc des événements tragiques survenus au Cielo Vista Mall à El Paso [...]. Nous prions pour les victimes et la communauté, ainsi que pour les premiers intervenants. Nous travaillons en étroite collaboration avec les forces de l'ordre.

Des lois proarmes adoptées

Ce drame survient alors que la National Rifle Association (NRA) s'est félicitée, il y a près de deux mois, d'avoir réussi à faire adopter une série de lois proarmes dans cet État.

Validées par le gouverneur du Texas, Greg Abbott, ces lois vont permettre aux Texans, dès le 1er septembre, de porter une arme sur eux pendant toute une semaine suivant une catastrophe naturelle.

Le projet de loi a été déposé en réponse aux appels de groupes proarmes qui déploraient que les Texans n'aient pas pu pas s'armer après le passage de l'ouragan Harvey en 2017.

Les propriétaires ne pourront plus interdire aux locataires d'avoir des armes à feu dans leur appartement. Elles seront également tolérées dans les lieux de culte.

Selon l'ONG Gun Violence Archive, la tuerie d'El Paso a été la 250e fusillade ayant touché quatre personnes ou plus depuis le début de l'année.

Avec les informations de KTSM, Reuters, Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Faits divers

International