•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traitement des eaux usées : Winnipeg veut plus de temps pour réduire le taux de phosphore

Usine de traitement des eaux usées

Usine de traitement des eaux usées

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Winnipeg demande à la province jusqu'au 31 décembre 2021 pour mettre sur pied un plan visant à réduire la quantité de phosphore rejetée par une de ses usines de traitement des eaux usées, puis dans les eaux du lac Winnipeg.

La Ville a rejeté une proposition de l'Institut international du développement durable et de la Fondation Lac Winnipeg qui souhaitaient qu’elle utilise le chlorure ferrique pour réduire le phosphore produit par son usine de traitement des eaux usées du nord de la ville.

Cette solution pourrait causer des problèmes dans le traitement des boues dans sa station d’épuration, explique la Ville. Elle dit avoir besoin de plus de temps pour élaborer un plan de réduction du taux de phosphore produit par l’usine de traitement.

« Nous avons besoin de deux ans encore pour pouvoir déterminer si nous pouvons gérer le niveau de boues. Ce n'est pas que nous ne voulons pas le faire, mais nous devons simplement nous assurer que lorsque nous ajoutons ce produit chimique, il ne nuira pas aux opérations », affirme la conseillère municipale et présidente du service des eaux et déchets de Winnipeg, Cindy Gilroy.

Alexis Kanu, directrice générale de la Fondation Lac Winnipeg, déplore la demande de prolongation de la Ville.

« Nous sommes exaspérés, dit-elle. Cette demande de prolongation est une chose que nous avons déjà vue. »

Elle souligne que la Ville dépasse la limite de phosphore dans l'eau depuis 5 ans déjà.

La province a donné jusqu’au 31 juillet 2019 à la Ville de Winnipeg pour présenter un plan visant à réduire la quantité de phosphore que son usine de traitement des eaux usées, située dans le North End, relâche dans la rivière Rouge, qui rejoint le lac Winnipeg.

À l’heure actuelle, l’eau relâchée contient trois fois plus de phosphore que la limite autorisée.

D’après les informations de Chantallya Louis

Manitoba

Environnement