•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Skripal : nouvelles sanctions financières américaines contre la Russie

La Maison-Blanche.

La Maison-Blanche, à Washington

Photo : Reuters / Zach Gibson

Agence France Presse

Les États-Unis ont imposé samedi une nouvelle série de sanctions à la Russie pour l'attaque au Novitchok – un agent chimique innervant de conception soviétique – contre l'ancien agent double russe Sergueï Skripal en 2018 au Royaume-Uni.

Washington va s'opposer à toute assistance à Moscou « de la part des institutions financières internationales » et restreindre l'accès des banques américaines au marché de la dette souveraine russe, selon la déclaration de la porte-parole du département d'État américain Morgan Ortagus.

Les États-Unis vont également limiter les exportations vers la Russie de technologies américaines d'importance stratégique pour le programme d'armes chimiques et biologiques russe.

Ces mesures, prises au nom d'une loi américaine de 1991 sur l'élimination des armes chimiques et biologiques, entreront en vigueur vers le 19 août, après notification du Congrès des États-Unis, a précisé la diplomatie américaine. Et elles le resteront pendant au moins 12 mois.

Selon le communiqué de la Maison-Blanche, ces mesures pourraient empêcher la Russie d'accéder à des milliards de dollars d'activités commerciales bilatérales avec les États-Unis.

La loi prévoit que les sanctions ne puissent être levées que si la Russie fait notamment la démonstration qu'elle « n'utilisera plus d'armes chimiques à l'avenir », sous le contrôle d'inspecteurs internationaux, et si elle indemnise les victimes de l'attaque au Novitchok.

Il s'agit du second train de sanctions américaines dans cette affaire. En août 2018, Washington avait infligé une première série de mesures de rétorsion économiques à Moscou, sur l'exportation de certains produits technologiques et sur les ventes d'armes à la Russie.

Le 4 mars 2018, l'ex-agent double russe et sa fille Ioulia avaient été retrouvés inconscients dans un centre commercial de Salisbury, dans le sud de l'Angleterre, et hospitalisés dans un état grave. Londres avait alors accusé Moscou d'être derrière cet empoisonnement au Novitchok, en représailles à sa collaboration avec les services de renseignement britanniques.

Un mandat d'arrêt avait été lancé contre deux Russes soupçonnés d'avoir perpétré l'attaque et présentés comme relevant du renseignement militaire russe (GRU).

La Russie a toujours nié être à l'origine de l'empoisonnement de son ancien espion.

Cette affaire a provoqué une crise diplomatique majeure, conduisant à l'expulsion de plus de 300 diplomates russes ou occidentaux. Sergueï Skripal, ancien officier du GRU, avait été condamné en 2006 pour « haute trahison » avant de bénéficier d'un échange d'espions organisés entre Moscou, Londres et Washington.

Sergueï Skripal et sa fille étaient sortis de l'hôpital dans les mois suivants et vivent maintenant cachés. Leur empoisonnement a fait une victime collatérale, une femme décédée après s'être aspergée de ce qu'elle pensait être un parfum, contenu dans un flacon ramassé par son compagnon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Relations internationales

International