•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le kitesurf a le vent dans les voiles aux Îles-de-la-Madeleine

William Chiasson fait du kitesurf.

William Chiasson fait un mouvement nommé « darkslide » avec son kitesurf.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les amateurs de kitesurf, ce sport aussi appelé planche aérotractée, sont nombreux et visibles aux quatre coins de l’archipel lorsque les conditions le permettent. L’engouement pour ce sport se fait sentir chez les visiteurs, mais également sur l’archipel à longueur d’année.

Que ce soit au Havre-aux-Basques ou à Pointe-aux-Loups, les visiteurs viennent de partout avec leurs cerfs-volants format géant.

Parc Fred Jomphe aux Îles-de-la-Madeleine.

Le parc Fred-Jomphe à Havre-Aubert rempli de véhicules récréatifs et d'amateurs de kitesurf.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Éric Marchand a fondé la première école de kite au Canada, avec pignon sur lagune aux îles en 1998. Il remarque une hausse de sa clientèle cette saison.

On voit encore une fois cette année une grosse augmentation au niveau des réservations. Entre autres, les gens réservent beaucoup d'avance. Moi je pense qu'on va toucher le 600-700 clients cette année, illustre-t-il.

Éric Marchand.

Éric Marchand a fondé la première école de kitesurf au Canada en 1998.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

« Les gens organisent leur voyage en fonction de venir faire du kite aux Îles-de-la-Madeleine et ça, c'est nouveau. »

— Une citation de  Éric Marchand, propriétaire d’Aérosport
William Chiasson fait du kitesurf.

William Chiasson fait du kitesurf dans la lagune du Havre-aux-Basques.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Les vents omniprésents, des lagunes peu profondes et sablonneuses et la beauté des paysages font des îles de la madeleine un endroit unique dans le monde pour la pratique de ce sport et son apprentissage.

Des cerf-volants dans le ciel bleu aux Îles-de-la-Madeleine.

Une dizaine d'adeptes du kitesurf s'amusent dans la lagune autour du parc Fred-Jomphe à Havre-Aubert.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Le sentiment qu’apporte la pratique de ce sport extrême est ce qui plaît le plus à William Ouellet, âgé de 12 ans.

William Ouellet.

William Ouellet est un jeune de 12 ans adepte du kitesurf.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

J'ai commencé à aller sur l'eau cette année, puis je me sens vraiment libre... et c'est probablement ce que j'aime du kitesurfing, parce que c'est vraiment pour moi un sport qui représente la liberté, raconte-t-il.

William Chiasson fait du kitesurfing.

William Chiasson est instructeur de kitesurfing.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Anik Mondor, quant à elle, a eu la piqûre du kitesurf il y a trois ans, alors qu’elle était de passage pour un mariage aux îles.

« Quand on est reparti, je braillais ma vie. J'étais comme “non, c'est trop court”. »

— Une citation de  Anik Mondor, résidente de Lanaudière
Anik Mondor.

Anik Mondor et sa famille viennent aux Îles-de-la-Madeleine faire du kitesurf depuis 3 ans.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

L'année d'après, on a acheté notre camper et on est revenu pour deux mois faire du kite, lance-t-elle.

La polyvalente des Îles a même son programme parascolaire de kitesurf depuis 4 ans, et la demande est forte cette année.

Un homme tient un cerf-volant de kitesurf.

Les derniers préparatifs avant le départ.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Le responsable du parascolaire Kitesurf et enseignant en anglais à la polyvalente des Îles, Rémi Leduc, explique qu’ils n’ont pas assez d’entraîneurs de kitesurf à l’année sur l’archipel.

Rémi Leduc.

Rémi Leduc est enseignant en anglais à la polyvalente des Îles et responsable du parascolaire kitesurf aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

On fait appel aux écoles de kite aux îles. On aimerait ça qu'ils participent à ce programme-là, parce qu'on se dit : “c'est des futurs clients, mais c'est aussi nos futurs entraîneurs”, explique-t-il.

Marie-Claude Poulette fait du kitesurf.

Marie-Claude Poulette s'envole avec son kite et fait un mouvement appelé « foot off ».

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Ce succès devra toutefois s'accompagner de changements dans l'aménagement des sites et la promotion du sport, selon Éric Marchand.

Des véhicules sont stationnés le long d'une route. Des gens marchent au loin.

Les véhicules et les cerfs-volants de kitesurf sont nombreux le long de la route au parc Fred-Jomphe.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Pour faire en sorte que le sport se développe de façon professionnelle et je pense que, oui, la Municipalité et Tourisme Îles-de-la-Madeleine pourraient prendre ça sous leur aile et faire en sorte que le développement se fasse de façon plus coordonnée, soutient-il.

Reste à voir si l'industrie touristique sautera sur cette occasion.

D’après le reportage de Philippe Grenier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !