•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouveaux brise-glaces pour la Garde côtière canadienne

Le navire vu de haut dans les glaces du Saint-Laurent.

Un brise-glace de la Garde côtière canadienne.

Photo : Elie Dumas-Lefebvre

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi son intention d'acquérir six nouveaux brise-glaces pour la Garde côtière canadienne. Si le passé est garant de l'avenir, ces nouveaux navires seront fréquemment utilisés dans la région.

Pas plus tard que l'hiver dernier, un brise-glace avait dû être utilisé pour dégager la rivière Saguenay. Des navires, qui transportaient de la bauxite et de l'alumine pour Rio Tinto, étaient alors demeurés coincés sur cette voie navigable.

Cette situation avait traîné en longueur au grand déplaisir de la direction de l'entreprise, et ce, pour une raison fort simple : le brise-glace habituellement utilisé pour débloquer la rivière Saguenay était utilisé pour se débarrasser d'embâcles majeurs sur le lac Saint-Pierre entre Sorel-Tracy et Yamachiche.

Finalement, le Louis-Saint-Laurent avait été envoyé au large de La Baie. Celui-ci a toutefois près de 50 ans.

Or, la durée de vie utile d'un brise-glace est généralement de 30 ans.

Selon le directeur général de l'Administration portuaire du Saguenay, Carl Laberge, les bateaux circulant dans le Saguenay durant la saison froide ont constamment besoin que le chenal soit ouvert devant eux.

Je dirais qu’en période hivernale, les brise-glaces sont nécessaires pour l’arrivée d’à peu près tous les navires dans le Saguenay, autant Port Saguenay que Port Alfred, mentionne-t-il. Étant donné, la présence du couvert de glace fixe, chaque navire qui rentre dans le Saguenay, a besoin d’être accompagné par les brise-glaces, donc c’est absolument critique chez nous.

Projet encore embryonnaire

Il est impossible de savoir quel chantier naval obtiendra le contrat lié à la construction des nouveaux brise-glaces.

À ce stade-ci, le gouvernement fédéral a simplement invité les intéressés à se manifester.

Ils disposent de 15 jours pour le faire.

Ensuite, Ottawa identifiera les chantiers préqualifiés pour participer à l'appel d'offres.

D'après les informations de Catherine Gignac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !