•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Kam McLeod et Bryer Schmegelsky pris en photo par une caméra de surveillance.

Des images des suspects Kam McLeod et Bryer Schmegelsky enregistrées dans le nord de la Saskatchewan quelques jours après la mort de trois personnes en Colombie-Britannique.

Photo : GRC

La Presse canadienne

Depuis près de deux semaines, beaucoup de policiers au pays sont aux trousses de Kam McLeod et de Bryer Schmegelsky, deux hommes de la Colombie-Britannique accusés de meurtres. Cette chasse à l’homme replonge la Saskatchewanaise Rosanne Smith en juillet 2006. Elle avait alors aidé les forces de l’ordre à mettre la main sur Curtis Dagenais.

Ce dernier était initialement recherché pour violence conjugale. Incapable de semer trois agents de la paix en voiture après une poursuite de 27 kilomètres, il est sorti de son véhicule avant d’ouvrir le feu sur les policiers, les blessant tous les trois.

Dix jours plus tard, deux d’entre eux sont morts.

Curtis Dagenais s’était ensuite réfugié dans les bois, et sa fuite avait tenu les forces de l’ordre en haleine, un peu comme le font actuellement Kam McLeod et Bryer Schmegelsky à travers le pays.

« Un porc-épic? »

Rosanne Smith n’a pas oublié les moindres détails de la journée du 18 juillet 2006. À leur réveil, son mari et elle ont remarqué le déplacement de l’herbe près de leur tracteur : « On pensait que c’était peut-être un porc-épic, mais quand [Curtis Dagenais] s’est retourné vers nous, on savait qui il était. »

Il semblait calme. Il voulait parler. Alors qu'avons-nous fait? Parler et parler et parler et parler.

Rosanne Smith

Il venait de passer la nuit dans le tracteur du couple dont la ferme se situait en dehors de la zone où la Gendarmerie royale du Canada effectuait ses recherches.

Le suspect s’est finalement livré lui-même aux policiers après une cavale qui a duré 11 jours. « On lui a simplement dit qu’il ne pouvait pas être en fuite le restant de ses jours et qu’il devait se rendre », raconte Mme Smith.

Curtis Dagenais a été condamné en mars 2009 à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Crimes et délits