•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Les voitures anciennes : rouler vers une autre époque

    Cadillac Eldorado 1955.

    Exposition internationale d'autos de Lévis

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Durant la période estivale, sur nos routes, les belles d'autrefois font tourner les têtes. Nombreuses sont les régions qui organisent des rassemblements pour les collectionneurs et amateurs de voitures d'époque. Nos journalistes sont allés à la rencontre de ces adeptes de rutilants bolides.

    Pour ces passionnés, la valeur de leur trophée va bien au-delà du métal et des pièces de moteur. Les milliers d’heures de travail et la nostalgie rattachée à ces machines sont inestimables.

    Frédéric Tremblay, journaliste

    Téléjournal Saguenay, 15 août 2015

    Se rencontrer pour vendre, acheter ou simplement admirer

    Le 15 août 2015, au Téléjournal Saguenay, le journaliste Frédéric Tremblay se rend à Alma pour le Rassemblement du patrimoine motorisé (RPM).

    Cette exposition rassemblait alors des milliers de visiteurs. L'événement saguenéen a connu 12 éditions de 2004 à 2015.

    Même si les réseaux sociaux et les sites Internet spécialisés ont grandement modifié et facilité le travail des collectionneurs, le contact direct entre acheteurs et vendeurs lors de ce type d’exposition permet la discussion et le marchandage.

    Pour certains cependant, il n’est pas question de laisser aller leur perle rare.

    Les gens qui viennent ici normalement, ce ne sont pas des gens qui veulent nécessairement vendre leur machine. Ce sont de vrais collectionneurs qui les gardent et qui les aiment. Comme moi je ne suis pas intéressé à en vendre. (Rires.)

    Collectionneur de véhicules anciens

    Connaître l’histoire de chacune de ses voitures

    Au Saguenay se trouve un des plus grands collectionneurs d’automobiles d’époque. Sa grange, ouverte au public, loge près de 100 autos antiques.

    Au Téléjournal Saguenay du 20 juillet 2004, le journaliste André Régis nous présente son parcours.

    Téléjournal Saguenay, 20 juillet 2004

    C’est en 1971 qu’André Doré achète sa première voiture, une Ford de modèle A.

    C’était juste une base, c’est-à-dire un châssis d’automobile avec quatre roues et un devant. Alors j’ai acheté ça et, pendant tout l’été, j’ai travaillé sur ce modèle-là.

    André Doré, collectionneur

    Sa passion pour les modèles Ford l’amène à acquérir 13 modèles T, premier type d’automobile à être assemblé en usine. André Doré pousse son engouement pour les Ford T jusqu’à se procurer l’une des premières chaînes de montage de ce modèle qu’il a reproduit en tous points.

    Le collectionneur connaît bien ses exemplaires et les histoires qui leur sont rattachées. Il raconte comment les anciennes voitures conduites par certains brigands donnaient du fil à retordre aux policiers. C’est le cas de la Buick 1931, conduite au temps de la prohibition.

    Imaginez, dans le temps, les policiers avaient une Ford modèle T et ils devaient essayer de pourchasser des gangsters en Buick huit cylindres en ligne. C’était complètement ridicule.

    André Doré, collectionneur

    Une fois, deux fois, trois fois... adjugé!

    Téléjournal Québec, 1er septembre 2018

    Au Téléjournal Québec du 1er septembre 2018, la journaliste Tifa Bourjouane assiste à l’encan de l’Exposition internationale d’autos de Lévis.

    L’homme d’affaires Jean-Guy Sylvain, créateur de l’événement, explique comment la vente aux enchères est un phénomène nouveau au Québec.

    Je suis un gars fou des autos antiques. On était obligés d’aller aux États-Unis, à Carlisle, ces places-là. Beaucoup de gens n’ont pas la chance d’aller voir ça et ils adorent les autos. […] J’espère qu’on va pouvoir continuer plusieurs années.

    Jean-Guy Sylvain, organisateur de l'Exposition internationale d’autos de Lévis

    Lors de cette journée d’encan, Jean-Guy Sylvain achète deux voitures de la collection de Michel Barrette. Le célèbre humoriste doit se résoudre à se départir de certaines pièces de collection, car il ne peut pas toutes les conduire lors de la belle saison.

    Pour moi, vendre une voiture, c’est un deuil. J’ai eu 160 voitures de collection dans ma vie et je roule toujours entre 25 et 30 voitures. Comme on est au Québec et qu’on a seulement trois quatre mois d’été, faut que je réduise. [...] Mon plaisir, c’est de les rouler, de voir les gens avec le pouce en l’air, les odeurs, la nostalgie d’une autre époque.

    Michel Barrette, humoriste, animateur et collectionneur de voitures anciennes

    La journaliste explique qu’il existe deux types de collectionneurs : Ceux qui laissent leurs voitures dans le garage et ceux qui les conduisent. Il est toutefois permis à tous de venir admirer ces précieuses bagnoles lors des différentes expositions qui se tiennent tout l'été à travers le Québec.

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Art de vivre