•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À 70 ans, il retrouve sa mère biologique

Gérard Cormier et Ernestine McDermott-Derry sur des chaises dans un jardin.

Gérard Cormier a rencontré sa mère Ernestine McDermott-Derry pour la première fois le 31 juillet 2018.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'amour et la tendresse se lisent dans les regards de Gérard Cormier et de sa mère, Ernestine McDermott-Derry, née Paulin. Pourtant, il y a un an, ils ne se connaissaient pas.

La mère et son fils fêtent leurs anniversaires respectifs à Saint-Isidore, dans la Péninsule acadienne. M. Cormier a eu 71 ans et Mme McDermott-Derry aura 93 ans.

L’autre anniversaire qu’ils célébreront, c’est celui de leurs retrouvailles. Gérard Cormier a parlé à sa mère biologique pour la toute première fois il y a un an, le 31 juillet 2018, le jour même de ses 70 ans.

M. Cormier a retrouvé sa mère grâce au registre d’adoption. Je ne m’attendais pas de trouver ma mère biologique en vie, admet le septuagénaire. C'est juste dans les dernières années que je me disais, à l'âge que je suis rendu, c'est peut-être temps.

Gérard Cormier.

Gérard Cormier.

Photo : Radio-Canada

Il se souvient de la grande nervosité qui l’habitait juste avant le premier coup de fil à sa mère. 

Je m'étais dit que si au moins je pouvais lui parler une fois, ça aurait été assez. Mais, ç’a été bien meilleur que ça, raconte-t-il.

Peu de temps après cette première conversation au téléphone, Ernestine McDermott-Derry et Gérard Cormier se sont rencontrés pour la première fois.

Ernestine McDermott-Derry.

Ernestine McDermott-Derry.

Photo : Radio-Canada

J'ai pleuré, j'étais assez joyeuse de le rencontrer, raconte Mme McDermott-Derry. Je ne pensais jamais... Je me demandais tout le temps où est-ce qu'il était.

Ernestine McDermott-Derry n'avait que 21 ans lorsqu'elle a donné naissance à son fils Gérard. Étant ce qu’on appelait à l’époque une fille-mère, elle ne se sentait pas capable d'élever cet enfant toute seule.

Photo en noir et blanc d'Ernestine McDermott-Derry.

Photo de jeunesse d'Ernestine McDermott-Derry

Photo : Radio-Canada

Elle a conservé son secret pendant toutes ses années : ce n’est que l’année dernière que ses six autres enfants ont appris qu’ils avaient un frère qu’ils ne connaissaient pas.

Mme McDermott-Derry dit avoir prié chaque jour pour son fils, et que de le retrouver 70 ans plus tard est comme un cadeau du ciel. Il m'appelle à tous les deux jours, puis ça me fait bien plaisir, dit-elle.

Gérard Cormier et Ernestine McDermott-Derry comptent bien multiplier les rencontres.

Je ne cherche pas de détails sur ce qui s'est passé, longtemps passé, dit M. Cormier. Je me concentre sur ce que l'avenir va nous amener.

D’après le reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !