•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guidelines : un fil rouge qui en dit long!

Quatre fils rouges sont tendus et se redent en direction de plusieurs miroirs.

L'exposition Guidelines aborde l'accessibilité en mots, en images, en toucher et en son.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

L'artiste Carmen Papalia milite depuis plusieurs années sur l'accessibilité dans les institutions publiques et privées. Lui-même non-voyant, il a voulu représenter ses propres défis en mots, en images, en toucher et en son. En collaboration avec une dessinatrice originaire de Calgary, Heather Kai Smith, ils ont créé l'exposition Guidelines.

C'est au cœur des Rocheuses, au Centre des arts et de la créativité de Banff, que l'exposition Guidelines prend vit.

C'est un fil rouge, comme celui qui nous sert à faire des jeux de ficelles ou comme celui qui a aidé l'artiste à se repérer chez lui, qui est le fil conducteur. Guidelines est une oeuvre et un espace sur lesquels il travaille en collaboration avec Heather Kai Smith depuis 2015.

Quatre mains sont dessinées en crayons rouges et font un jeu de ficelles.

L'artiste a voulu par le cordon rouge démontrer une mesure temporaire pour améliorer son propre accès dans les endroits publics.

Photo : Radio-Canada

Après plusieurs mauvaises expériences et traumatismes, l'artiste Carmen Papalia a décidé de travailler et de créer des œuvres sur l'accessibilité dans les institutions. C'est à la suite d'une crise de panique qu'il a su qu'il devait faire des changements et conscientiser les gens.

En utilisant des cordons et des miroirs, l'artiste joue avec ce qui peut être réel pour une personne et qui pour une autre peut être complètement illusoire.

Des miroirs sont rattachés par des cordons rouges.

L'artiste travaille avec des cordons rouges et des miroirs pour jouer avec la réalité.

Photo : Radio-Canada / Lyssia Baldini

« Il y a beaucoup de miroirs et c'est difficile quand tu es dans une salle pleine de miroirs [de trouver] c'est quoi la réalité. Donc, même pour les gens voyants c'est irréel. Vous suivez le chemin avec le fil rouge et ça vous donne un peu votre place [dans l'espace]. Vous pouvez penser à Carmen qui est non-voyant : "comment c'est pour lui ?" Les miroirs ne disent rien pour Carmen, car il ne voit pas, mais le chemin fait par le fil rouge lui donne son expérience », explique la directrice adjointe des communications du Centre des arts et de la créativité de Banff, Rosemary Thompson.

Depuis 2015, la première vision de l'oeuvre Open Access présentée dans l'exposition se voulait un espace sécurisant, là où l'artiste pouvait se retrouver en cas de crise. Un temps où il pouvait se concentrer sur les relations entre les objets, les gens et les lieux grâce à ses autres sens.

Une salle d'exposition avec trois écrans et des dessins faits en rouge sur chacun.

Exposition "Guidelines", de gauche à droite: Carmen Papalia, "Red String" (2015 ongoing), Carmen Papalia and Heather Kai Smith, "Open Access: Claiming Visibility" (2019).

Photo : Galerie Walters Philips, Centre des arts et de la créativité de Banff / Jessica Wittman

Pourtant Carmen Papalia n'avait pas pleinement pris conscience de l'importance de la vision avant d'avoir parlé de son travail, il y a quelques années à ses amis qui s'identifiaient comme "aveugles".

Il n'y a pas beaucoup d'endroits artistiques qui sont organisés pour que des personnes avec certains handicaps, comme l'artiste, puissent partager leurs histoires avec le grand public.

« Dans les années 60, les activistes de la communauté des personnes handicapées ont caractérisé leur situation d'une manière nouvelle qui a touché le cœur des gens. Leurs actions ont donné voix à une expérience incarnée qu’ils connaissaient intimement; le sentiment d'être handicapé, non par leur corps, mais par les attitudes et les institutions invalidantes qui ont limité leur libre arbitre », raconte l'artiste Carmen Papalia dans son exposition.

Deux mains dessinées en rouges font un jeu de ficelles.

L'artiste Heather Kai Smith a dessiné une série d'œuvres sur papier, interprétant visuellement le concept d'accessibilité.

Photo : Galerie Walters Philips, Centre des arts et de la créativité de Banff

L'artiste souhaite rallier une communauté qui valorise la perception non visuelle.

« [Dans l'exposition], il travaille avec le fil rouge et [les gens font] le chemin de l'exposition, ils travaillent ensemble donc on voit que c'est une collectivité au lieu [d'un travail individuel]. C'est pour ça que les gens qui dirigent la galerie voulaient cette exposition parce toutes les galeries pensent à la possibilité d'ouvrir les portes à tout le monde. Et quand on parle de tout le monde, on parle des jeunes, des gens aînés, on parle des gens qui ne voient pas », termine Rosemary Thomson.

Voici d'ailleurs le reportage qui vous donnera un petit aperçu de l'exposition Guidelines :

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Exposition Guidelines: un fil rouge qui en dit long!

L'exposition se termine le 25 août, à la galerie Walter Philips, au Centre des arts et de la créativité de Banff.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !