•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les critères stricts des centres jeunesse découragent des familles d’accueil potentielles

Audrey Lemieux Demers est assise sur le lit qu'elle garde pour accueillir un enfant du Centre jeunesse.

Audrey Lemieux Demers espère pouvoir accueillir un jeune du Centre jeunesse du Saguenay-Lac-Saint-Jean même si la chambre est trop petite.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un couple de Roberval, qui a répondu à une campagne de recrutement de familles d'accueil du Centre jeunesse Saguenay-Lac-Saint-Jean, vient de constater à quel point il est complexe d'accueillir un enfant dans le besoin.

Audrey Lemieux Demers et sa conjointe ont une chambre toute prête pour accueillir un jeune en difficulté à Roberval, mais celle-ci ne répond pas à certaines exigences de l’organisation.

Ma chambre est trop petite. Les normes c'est 8 pieds par 10 pieds et nous, on a 8,5 X 8,5 donc la chambre est prête, mais on s'est fait couper l'herbe sous le pied.

Audrey Lemieux-Demers

Après avoir reçu la documentation du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux, elle a appelé pour pousser les démarches plus loin, mais a finalement renoncé.

J'ai compris que ça ne valait même pas la peine de faire une demande parce que la chambre est trop petite. Je lui ai dit qu'on ne pouvait pas agrandir parce que j'ai la salle de bain d'un côté et la cuisine de l'autre, raconte Mme Lemieux-Demers.

Elle a donc dénoncé cet échec sur les réseaux sociaux sans envoyer de demande officielle au CIUSSS pour devenir famille d'accueil.

La première étape doit être faite. C'est d'abord et avant tout de débuter le processus. Nous, on ne peut pas faire de recommandation si on accepte ou non un dossier s'il n'y a pas d'abord un dépôt de candidature, explique la responsable des communications du CIUSSS, Joëlle Savard.

Même si le CIUSSS aurait besoin de 20 familles d'accueil de plus pour répondre aux besoins, pas question de lésiner sur les critères de sélection.

C'est vrai que c'est un processus strict. On a des critères de sélection rigoureux et ces critères vont demeurer parce que, ce qui est important, c'est de s'assurer de la sécurité et de l'intégrité des enfants, poursuit Joëlle Savard.

Ce n'est pas la première fois que des familles remettent en question la rigidité de ces normes.

Le CIUSSS rappelle qu'il peut y avoir des dérogations et que le processus de sélection tient aussi compte du contexte familial et psychosocial.

D’après le reportage de Catherine Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !