•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : un député fédéral veut un examen indépendant de la gestion des barrages

M. Amos sourit à la caméra sur une rue d'Ottawa.

Le député fédéral de Pontiac, Will Amos, en entrevue à Radio-Canada (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Vous avez été clairs : nous devons faire un examen compréhensif et indépendant de la gestion des barrages durant les inondations! », écrit le député fédéral de Pontiac, William Amos, dans une publication sur Facebook, mercredi.

Bon nombre de municipalités de l'Outaouais ont été frappées par les inondations en 2017 et en 2019. À plusieurs reprises, les maires, les élus et les sinistrés se sont interrogés sur la gestion des barrages. En mai, par exemple, le conseil municipal de Mansfield-et-Pontefract a adopté à l'unanimité une résolution pour demander une commission d'enquête sur la gestion des barrages.

Pour sa part, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, souhaite mettre sur pied une commission scientifique indépendante, que le conseil municipal a approuvée à l’unanimité en juin.

William Amos propose son soutien aux maires dans leur démarche.

Ils [les maires et les élus locaux] voulaient savoir si l’aspect de la gestion des barrages avait contribué d'une façon ou d'une autre. Ils ne savaient pas, mais ils voulaient savoir. Ils voulaient poser leur question dans ce contexte-là, explique le député fédéral en entrevue à Radio-Canada.

M. Amos veut ainsi savoir s'il y avait-il des aspects de la gestion des barrages qui auraient pu être améliorés, quelles décisions ont été prises et pour quelles raisons.

Il dit avoir bon espoir qu'un tel examen pourra être fait.

J’espère sincèrement que nous pourrons compter sur l’appui et la collaboration du gouvernement du Québec ainsi que du gouvernement de l’Ontario, conclut-il dans sa publication Facebook.

Le député libéral fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, pendant une conférence de presse, devant des arbres.

Le député libéral fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, en conférence de presse.

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

À l'issue d'une conférence de presse jeudi matin, le député libéral de Gatineau, Steven MacKinnon, a abondé dans le sens de M. Amos.

Les gens ont des questions et ils méritent des réponses. [...] Il y a des exercices automatiques qui sont faits par Environnement et Changement climatique Canada après chaque incident [inondations], mais on se doit d'amener un peu plus de transparence là-dedans et s'assurer que les gens ont des réponses à leurs questions, a-t-il indiqué.

Gaston Allard, le maire de Fort-Coulonge, une municipalité située dans la MRC de Pontiac et très affectée par la dernière crue printanière, salue l'initiative de M. Amos.

M. Amos, s'il supporte une commission d'enquête, je trouve que ça veut dire beaucoup, parce que M. Amos est beaucoup pour l'environnement et essaie de combattre les changements climatiques, mais qu'il dise : "Je pense que ce n'est peut-être pas que les changements climatiques". Je pense que ça veut dire beaucoup, a commenté M. Allard.

Madame Labadie répond aux questions de la journaliste.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La mairesse de la Municipalité de Pontiac, Joanne Labadie (archives).

Photo : Radio-Canada

Pour sa part, la mairesse de Pontiac, Joanne Labadie, aimerait que la commission d'enquête ne se cantonne pas qu'aux barrages de façon à savoir précisément ce qui entraîne les inondations.

Est-ce que c'est plus un enjeu de changements climatiques ou de barrages, s'interroge-t-elle. On veut savoir quel est le problème.

Je veux m'assurer que les barrages sont bien gérés, mais en même temps, on a besoin de discuter de tous les autres enjeux concernant les changements climatiques, conclut-elle.

Avec les informations d'Audrey Roy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !