•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pharmaciens s’inquiètent de l’intérêt américain pour les médicaments canadiens

Une pharmacienne.

Selon l’Association des pharmaciens du Canada, les pénuries de médicaments ont augmenté au cours des trois à cinq dernières années, voire « beaucoup augmenté » d’après la vaste majorité d’entre eux (79 %), selon un sondage auprès des pharmaciens.

Photo : iStock

Rose St-Pierre
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des pharmaciens ontariens disent déjà faire face à une pénurie de médicaments. Selon eux, la décision de l'administration Trump de permettre aux Américains d'importer légalement des médicaments prescrits, qui sont moins chers au Canada, risque d’empirer la situation.

Francesco Vella est pharmacien propriétaire de la pharmacie Medica, au centre-ville de Windsor. Selon M. Vella, avant même que les Américains n'aient un intérêt pour le marché canadien, la pénurie de médicaments constituait un vrai problème au pays. Dans ce contexte, le nouvel intérêt américain inquiète le pharmacien.

Même si seulement 1 % des Américains vont avoir besoin des médicaments au Canada, c’est [l’équivalent] de 10 % de notre population. On n'est pas sûr si le Canada, si l’Ontario [peuvent] absorber autant de personnes, a déclaré le pharmacien.

On a besoin de quelqu’un ici [dans ma pharmacie] presque à temps plein pour régler les problèmes de pénurie, indique M. Vella, et ça fait longtemps qu’on est dans cette situation, ajoute-t-il. Au moment de la publication de cet article, 1847 médicaments étaient déclarés en rupture de stock au pays, soit 23 % de l'inventaire canadien, selon Pénurie de médicaments Canada (Nouvelle fenêtre).

Un pharmacien, derrière un comptoir, s'adresse à un patient.

Francesco Vella est pharmacien propriétaire de la pharmacie Medica, au centre-ville de Windsor.

Photo : Radio-Canada / Rose St-Pierre

Selon Francesco Vella, plusieurs facteurs expliquent cette pénurie. Davantage de personnes âgées se procurent des médicaments, ce qui augmente la demande alors que de nombreux fabricants ont des limites de production.

Le gouvernement de l’Ontario a aussi commencé à baisser les prix agressivement, ce qui a forcé les fabricants à délocaliser leur production de médicament à l’extérieur du pays, comme l’Inde ou la Chine, selon M. Vella. Depuis cette relocalisation, on a commencé à avoir des problèmes [de qualité], affirme-t-il.

C’est beau d’avoir un système où tout est payé et tout est couvert, mais ce n’est pas un système qui fonctionne si les patients n'ont pas accès aux médicaments.

Francesco Vella, pharmacien propriétaire de la pharmacie Medica à Windsor

À cela s’ajoute l’intérêt américain pour les médicaments canadiens, un facteur qui préoccupe le pharmacien. Particulièrement le manque d’intérêt du gouvernement américain à régler le problème, dit-il. C’est un problème législatif, et ce n'est pas un problème qu’ils veulent aborder. Et si l’administration américaine compte maintenant sur le Canada pour fournir des médicaments à faibles coûts, les fabricants pourraient commencer à mettre des limites de vente au Canada pour ne pas vendre à perte, explique-t-il.

Un pharmacien devant une étagère de médicaments.

Rob Modestino est propriétaire de Rob's Home Health Pharmacy à LaSalle et ancien président de l'Ontario Pharmacy Association.

Photo : CBC/ Amy Dodge

Rob Modestino, propriétaire de Rob's Home Health Pharmacy à LaSalle et ancien président de l'Ontario Pharmacy Association, croit quant à lui que l’intérêt des Américains pour les médicaments canadiens met nos propres patients en danger.

Le pharmacien, qui exerce depuis 30 ans, dit n’avoir jamais vu de pénurie aussi grave.

Dans ces circonstances, le Canada ne peut pas fournir un pays 10 fois plus grand, a-t-il affirmé en entrevue avec CBC.

Nous devons fournir des soins de santé à tout le monde, mais notre objectif premier devrait être les patients de notre région, de l'Ontario, estime M. Modestino. Cela dit, nous ne devrions pas refuser la visite de quelqu'un des États-Unis [...], mais les autobus remplis de gens [...], cela met nos propres patients en danger, a déclaré M. Modestino, en référence à la visite de Bernie Sanders à Windsor dimanche dernier, qui accompagnait une caravane de diabétiques.

Par courriel, Médicaments novateurs Canada, qui représente 41 membres de l'industrie pharmaceutique, a déclaré avoir informé Santé Canada de préoccupations quant à de potentielles pénuries. Nous accueillerions favorablement une déclaration publique du gouvernement canadien confirmant qu’il prendra les mesures appropriées pour protéger les approvisionnements canadiens en cas de pénurie potentielle, a-t-on déclaré par écrit.

Le premier ministre en costume en train de parler.

Justin Trudeau a répondu aux inquiétudes soulevées concernant les possibles pénuries de médicaments au Canada alors qu'il était de passage à Iqaluit.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

De passage à Iqaluit, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré être conscient des possibles retombées de l'annonce américaine sur le marché canadien.

Nous reconnaissons que c’est une situation où les annonces faites par les Américains pourraient avoir un impact au Canada, a-t-il déclaré. C’est pour ça que Santé Canada continue le travail, qu’ils font constamment, d’assurer qu’il y a assez de médicaments pour les Canadiens, qu’on ne soit jamais pris au dépourvu avec l’accès aux médicaments à des prix abordables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !