•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Banff s’attaque à la crise du logement

Les trois blocs d'appartements sont construits sur trois étages, avec des balcons.

La Municipalité de Banff a établi que le prix des loyers doit représenter au maximum 30 % du salaire minimum mensuel d'un travailleur de Banff.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Audrey Neveu

Inquiète de la crise du logement qui frappe Banff depuis plus d’une décennie, la petite municipalité des Rocheuses albertaines a décidé de prendre la situation en main en construisant des logements abordables à louer et même à vendre.

Établie au Canada depuis 12 ans, Caz Pickett a vu la crise du logement de Banff atteindre un sommet ces dernières années. J’ai vu des gens vivre dans une chambre sans fenêtre, des prix exorbitants pour partager une toute petite chambre avec quelqu’un d’autre. J’ai même vu des chambres de type Harry Potter, énumère l’Australienne, en faisant référence au petit placard sous les escaliers dans lequel vit l’apprenti sorcier au début de la saga de J. K. Rowling.

Si Caz Pickett a vu bien des personnes quitter Banff faute de logements adéquats, elle s'estime chanceuse d’avoir pu emménager l’an dernier dans les appartements Ti’nu, la première construction de logements abordables de Banff. C’est vraiment plaisant, confortable, propre et tranquille, affirme-t-elle.

Le salon-cuisine est bondé, sans place pour une table à manger.

Les appartements Ti'nu sont généralement petits, avec un salon-cuisine comme seule pièce commune.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Ti’nu, un complexe de 131 logements composé de studios et d’appartements d’une ou deux chambres, a été inauguré durant l'été 2018. Les locataires interrogés sur place sont tous enchantés par cette construction, d’autant plus que les loyers sont de 30 à 50 % moins chers. Les locataires sont sélectionnés en fonction de leur salaire, plus bas que la moyenne à Banff.

La mairesse de Banff, Karen Sorensen, considère elle aussi Ti’nu comme un succès. Après plusieurs années à souffrir d’un taux d'inoccupation annuel de presque 0 %, Banff l’a vu augmenter à 0,6 % l’an dernier grâce à cette construction. Je suis impatiente de voir les chiffres de cette année. On essaie de faire remonter le taux d'inoccupation à 1, 2 ou 3 %, un taux plus acceptable, explique la mairesse.

Aider les familles

Après un an de recherche, Taylor Larson était soulagée d’enfin trouver un chez-soi abordable dans les appartements Ti’nu l’an dernier. J’avais l’impression de retrouver ma dignité, dit-elle en souriant.

Si celle qui est apprentie brasseuse et son conjoint ont adopté un mode de vie minimaliste, qui fait des petits appartements Ti’nu un bon compromis, elle ne se voit pas y habiter à long terme. Je ne crois pas que ce soit possible de fonder une famille ici, regrette-t-elle.

Elle juge que les appartements n’offrent pas assez d’espace pour une famille de deux enfants ou plus.

Taylor Larson en entrevue dans sa cuisine.

Taylor Larson a eu énormément de difficulté à trouver un logement abordable qui accepterait les animaux à Banff.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

La mairesse Karen Sorensen est consciente que ces appartements abordables ne conviennent pas nécessairement aux plus grands ménages. Elle place toutefois beaucoup d’espoir dans le nouveau projet que le conseil municipal a autorisé mi-juillet, avenue Banff, juste à côté de l’école secondaire. Cette fois, 29 logements plus grands, de type copropriété, seront construits pour être vendus à prix abordable, afin de répondre aux besoins des familles.

Pour beaucoup de personnes, acheter une maison est une occasion de rester à Banff, croit-elle, d’autant plus que 82 % des habitants sont prêts à quitter la municipalité pour accéder à la propriété, selon un sondage réalisé par Banff l'an dernier.

Une petite maison blanche fait face à l'avenue Banff.

La Municipalité de Banff a acheté à Parcs Canada les lots 338-340 de l'avenue Banff, afin d'y construire des logements abordables à vendre à un prix raisonnable.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Si la mairesse espère construire un nouveau projet de logement abordable tous les deux ou trois ans, la Municipalité est toutefois soumise à des contraintes. Comme Banff est située dans un parc national, elle ne peut pas s’étendre hors de ses limites. C’est pourquoi nous devons nous concentrer sur la densification, indique la mairesse, saluant la collaboration de Parcs Canada.

Elle espère que les logements de l’avenue Banff seront en vente dès 2021 et que la Municipalité ira de l’avant avec une autre construction déjà prévue rue Cave.

Cette multiplication de construction de logements abordables rassure la population. Je crois qu’avec tous ces projets la situation à Banff sera meilleure, affirme Caz Pickett.

Alberta

Économie