•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3,5 milliards versés aux actionnaires de Rio Tinto malgré des résultats en baisse

Rio Tinto

Rio Tinto

Photo : PHILIPPE LOPEZ

Denis Lapierre

Rio Tinto a conclu les six premiers mois de 2019 avec un revenu net de 4,13 milliards de dollars américains, soit 250 millions de dollars de moins que durant la période correspondante de 2018.

Ces résultats en baisse n’empêchent cependant pas Rio Tinto de verser un dividende de 3,5 milliards de dollars à ses actionnaires, dont un milliard sous forme de dividende spécial.

Baisse des prix, sauf pour le minerai de fer

Les résultats financiers du premier semestre ont été marqués par une baisse généralisée du prix des matières premières sur les marchés, à la seule exception du minerai de fer. Le secteur a vu ses revenus passer de 3,2 milliards de dollars au premier semestre de 2018 à 4,5 milliards cette année, une hausse de 40 %.

Situation différente pour la division aluminium, qui inclut la production de métal primaire et celles de bauxite et d’alumine. Le secteur a généré des revenus de 315 millions de dollars, loin des 871 millions de 2018.

Rio Tinto explique ces résultats par le prix de l’aluminium sur les marchés. Le prix moyen obtenu à la livraison a atteint 2174 $ la tonne, en baisse de 14,6 % sur l’an dernier. Le lock-out à l’aluminerie Bécancour, terminé le 2 juillet, et les tarifs à l’exportation de 10 % sur l’aluminium canadien aux États-Unis, levés le 19 mai, ont également affecté les résultats.

Cette situation a fait passer la marge bénéficiaire moyenne sur la vente de l’aluminium produite dans ses usines en pleine propriété, incluant les cinq alumineries du Saguenay–Lac-Saint-Jean (Alma, Laterrière, Arvida, AP-60 et Grande-Baie), de 35 % à 27 %.

Rio Tinto affirme cependant qu’elle demeure dans le peloton de tête de l’industrie à ce chapitre, résultat des efforts investis pour augmenter la productivité dans ses alumineries.

Les résultats financiers du premier semestre de 2019 n’annoncent pas d’investissements dans ses alumineries du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

En attente d’investissements

Les résultats financiers du premier semestre de 2019 n’annoncent pas d’investissements dans ses alumineries du Saguenay–Lac-Saint-Jean, ce qui déçoit Sylvain Maltais, vice-président du Syndicat des travailleurs de l’aluminium d’Alma, affilié aux Métallos.

Il rappelle qu’Alma est en attente d’un investissement de 200 millions de dollars dans une usine de production de billette d’aluminium.

C’est sûr qu’on aurait aimé qu’il y en ait un petit peu moins pour les actionnaires et qu’ils se gardent 200 millions pour notre projet de billettes, affirme Sylvain Maltais.

Il rappelle qu’une telle usine permettrait d’ajouter de la valeur à l’aluminium produit à Alma et serait, à terme, une source de profit supplémentaire pour les actionnaires.

Saguenay–Lac-St-Jean

Métaux et minerais