•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bombardier plonge dans le rouge au deuxième trimestre

Le logo de Bombardier sur un édifice de la compagnie situé à Montréal.

Au deuxième trimestre, la société a affiché une perte nette de 36 millions de dollars.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

La Presse canadienne

La division ferroviaire continue à donner des maux de tête à Bombardier, qui a une fois de plus abaissé ses prévisions pour l'exercice en cours, jeudi, en plus de plonger dans le rouge au deuxième trimestre.

Aux prises avec des difficultés d'exécution avec d'importants contrats de matériel roulant, la multinationale québécoise devra ainsi allonger de 250 millions à 300 millions de dollars américains pour espérer tourner la page sur ces problèmes.

Nous faisons les investissements nécessaires pour nous assurer d'avoir les bonnes ressources et la bonne capacité.

Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier

En mai dernier, le constructeur d'avions et de trains avait déjà signalé que les revenus de Bombardier Transport seraient inférieurs d'environ 750 millions de dollars américains en raison des problèmes d'exécution concernant cinq importants contrats.

Les nouvelles dépenses annoncées jeudi concernent les mêmes contrats.

Au deuxième trimestre terminé le 30 juin, la société a affiché une perte nette de 36 millions de dollars américains, ou 0,04 $ US par action, comparativement à un profit net de 70 millions de dollars, ou 0,02 $ US par action, il y a un an.

Sur une base ajustée, en excluant les éléments non récurrents, la perte de Bombardier s'est chiffrée à 47 millions de dollars américains, ou 0,04 $ US par action, par rapport à un profit ajusté de 87 millions de dollars, ou 0,03 $ US par action, au deuxième trimestre l'an dernier.

Les attentes

Ses revenus ont toutefois légèrement augmenté de 1,2 %, s'établissant à 4,31 milliards de dollars américains.

Les analystes s'attendaient à un chiffre d'affaires d'environ 4,1 milliards de dollars ainsi qu'à une perte ajustée par action de 0,02 $ US, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Pour l'exercice, le bénéfice d'exploitation ajusté de Bombardier devrait osciller entre 1,2 milliard et 1,3 milliard de dollars, alors que la fourchette précédente prévoyait un résultat variant entre 1,5 milliard et 1,65 milliard.

Nous anticipons une réaction négative [des investisseurs] en raison des résultats inférieurs aux attentes et de la révision à la baisse des prévisions pour 2019, a commenté l'analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note.

À la fin du mois de juin, le carnet de commandes de Bombardier était de 56,1 milliards de dollars américains. La division de matériel roulant représente plus de la moitié de cette somme.

Transports

Économie