•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment doit-on disposer des poissons morts?

Un poisson gît sur la rive.

D'autres poissons morts ont échoué sur les berges de la rivière des Outaouais, près du traversier de Masson-Angers dans les derniers jours (archives).

Photo : Radio-Canada / Lorian Bélanger

Radio-Canada

Depuis quelques semaines, des centaines de poissons morts jonchent les berges de la rivière des Outaouais. Que faire si on en trouve chez soi?

La règle la plus importante lorsqu’on veut se débarrasser d’une carcasse, c’est d’éviter le contact direct avec la dépouille.

Ce qu’on suggère aux gens, c’est de respecter des règles d’hygiène de base, c’est-à-dire de ne pas toucher à main nue à la carcasse de l’animal sauvage, de porter des gants jetables et de ramasser la carcasse en retournant un sac de plastique sur cette carcasse-là, explique le porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Nicolas Bégin.

Un homme tient un poisson mort du bout de ses doigts.

Il est recommandé d'éviter tout contact direct avec les poissons morts (archives).

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Ces carcasses-là peuvent être mises dans un sac et jetées aux ordures ménagères.

Nicolas Bégin, porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Il faut également éviter de mettre les poissons morts dans les boîtes destinées au compost, selon M. Bégin.

Il semblerait cependant que le ministère ait donné des informations différentes au personnel des Traversiers Bourbonnais, aux dires de l’entreprise.

Les employés ramassent de nombreuses carcasses depuis le début des épisodes de mortalité, mais on ne leur aurait pas transmis les mêmes instructions que celles prodiguées par M. Bégin.

[Les représentants du ministère] nous ont demandé de les « retasser ». Donc on va au large, on essaye d’aller les porter au milieu [de la rivière] […] C’est ça qu’ils ont demandé présentement : de ne pas les toucher et de juste les « retasser » au large, souligne le directeur adjoint des Traversiers Bourbonnais, Sylvain Lamoureux.

Un représentant du ministère québécois de l’Environnement a indiqué dans un échange de courriel avec Radio-Canada que les résultats de certaines analyses arriveront le 6 août pour trouver la cause de ces mortalités.

Avec les informations de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Pollution