•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rosaire Pelletier : le journalisme dans le sang... même à 90 ans!

Rosaire Pelletier lit un bulletin de nouvelles, assis dans une voiture.

Le journaliste a fondé le service de nouvelles de la station de radio CFGT d'Alma en 1955 avant de devenir correspondant parlementaire.

Photo : Courtoisie

L'ex-correspondant parlementaire de Radio-Canada, Rosaire Pelletier, a été témoin de l'actualité politique québécoise entre les années 1960 et 1990. Aujourd'hui âgé de 90 ans, il est loin d'avoir perdu sa plume. Il s'occupe du petit journal de sa résidence pour aînés à Alma.

La carrière de Rosaire Pelletier a débuté en 1951 au Progrès du Saguenay. Après avoir œuvré au journal Le Lac-St-Jean et à la station de radio CFGT d'Alma, il a fait le saut à Radio-Canada.

Une archive de Rosaire Pelletier à la télévision de Radio-Canada en 1966.

Rosaire Pelletier a posé ses valises à Québec en 1966 pour travailler à la radio et à la télévision de Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Archives

Le journaliste est devenu correspondant parlementaire à l'Assemblée nationale le 26 septembre 1968, jour du décès du premier ministre Daniel Johnson, à Manicouagan.

Plusieurs affectations journalistiques sont restées gravées dans sa mémoire.

Des journalistes de 90 ans qui sont encore capables de raconter leurs souvenirs, on peut les compter sur les doigts d'une main.

Rosaire Pelletier, ex-correspondant parlementaire
Le président français Charles de Gaulle à Montréal, en juillet 1967

Le président français Charles de Gaulle à Montréal, en juillet 1967

Photo : Harry Benson

Une de ses premières couvertures majeures a été la visite du général de Gaulle en 1967. Tout au long du Chemin du Roy, entre Québec et Montréal, le reporter a suivi la décapotable du président français. Même s'il a remarqué une progression dans le ton de ses discours, rien ne laissait présager une déclaration aussi marquante que son fameux Vive le Québec libre!.

On était aux premières loges. C'était absolument extraordinaire. Avec la charge d'applaudissements qu'il y avait là, je me disais : " qu'est-ce qui se passe au Québec actuellement? "

Rosaire Pelletier, ex-correspondant parlementaire
Le journaliste pose devant un ouvrage du barrage hydro-électrique.

Le correspondant parlementaire Rosaire Pelletier en visite à la Baie James pour parler de l'avancement des travaux.

Photo : Courtoisie

Au fil des ans, Rosaire Pelletier a suivi six différents premiers ministres. Le journaliste a d'ailleurs couvert les grands débats de société comme la protection de la langue française et analysé plusieurs campagnes électorales.

Le premier ministre René Lévesque s'adresse à ses partisans après la victoire du Parti Québécois, le 15 novembre 1976.

Le premier ministre René Lévesque s'adresse à ses partisans après la victoire du Parti Québécois, le 15 novembre 1976.

Photo : La Presse canadienne

La plus grosse évolution que j'ai vue, c'est quand le Parti Québécois est arrivé au pouvoir.

Rosaire Pelletier, ex-correspondant parlementaire

Je me demandais comment M. Lévesque allait faire pour composer son premier conseil des ministres. Il y avait de la place pour en faire deux. En plus, c'était un parti qui arrivait avec des idées singulièrement neuves, raconte-t-il.

La médaille de l'Assemblée nationale soulignant les 25 ans de carrière de Rosaire Pelletier à la Tribune de la presse.

En 1993, Rosaire Pelletier a reçu une médaille de l'Assemblée nationale pour souligner ses 25 ans de carrière à la Tribune de la presse.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Le journaliste assis à son bureau a des écouteurs sur les oreilles et un chapeau dans les mains.

Rosaire Pelletier a déjà présidé la Tribune de la presse du Parlement du Québec. On le voit ici à son bureau.

Photo : Courtoisie

On peut sortir l'homme du journalisme, mais pas le journalisme de l'homme

Rosaire Pelletier a pris sa retraite de la Tribune de la presse en 1994, mais pas question pour autant de se tourner les pouces. L'homme de 90 ans s'occupe du journal de sa résidence pour aînés à Alma, une publication qu'il a fondée il y a 10 ans.

Rosaire Pelletier est assis devant son ordinateur et tape au clavier.

Rosaire Pelletier se réjouit de pouvoir écrire ses articles sur un ordinateur, ce qui était loin d'être le cas à ses débuts dans le métier il y a 68 ans.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Ce qui est resté, c'est cette espèce de maladie que j'ai de vouloir écrire.

Rosaire Pelletier, ex-correspondant parlementaire

Pour moi, c'est le meilleur exercice de mémoire qu'on puisse trouver. Ça m'occupe beaucoup. L'idée de fouiller dans mes souvenirs pour le journal ça me tient au chaud, ajoute le journaliste à la retraite.

Son apport à la vie de la résidence Le Saint-Jude est d'ailleurs grandement apprécié. Qu'il s'agisse de textes portant sur des réflexions, des compte-rendus, des activités à venir, des biographies d'employés ou encore des suggestions de lecture, le mensuel Le chant du coq est devenu un incontournable.

Des journaux sur une table.

Rosaire Pelletier a mis sur pied un journal dès l'ouverture de la Résidence Le Saint-Jude à Alma, il y a 10 ans.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Le 1er du mois, les résidents attendent leur journal pour avoir l'information et ils sont toujours bien intrigués par les articles de M. Pelletier. Le lendemain au déjeuner, c'est le sujet de conversation.

Joanie Audet, coordonnatrice en loisirs à la Résidence Le Saint-Jude
Les responsables posent avec leur journal.

Rosaire Pelletier et la coordonnatrice des loisirs de la résidence Le Saint-Jude d'Alma, Joanie Audet, sont en charge du journal mensuel intitulé Le chant du coq.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Retraite