•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La destruction d’un boisé soulève des questions à Chicoutimi

Un boisé rasé en bordure de la route.

Les arbres ont été coupés sur le terrain qui accueillera les habitations du parc.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet des Habitations du Parc, qui prévoit la construction de 99 logements sur le terrain en face du parc Rosaire Gauthier dans l’arrondissement de Chicoutimi, a nécessité la coupe d’une centaine d’arbres. Une décision qui soulève des questionnements et des critiques quant à la gestion des boisés urbains à Saguenay.

L'organisme les Verts boisés du fjord déplore que la Ville n’ait pas de politique rigoureuse de foresterie urbaine qui devrait normalement accompagner ce type de projet immobilier. Il soutient également que Saguenay n’a pas mené d'étude afin d’évaluer l’impact d’un tel déboisement sur la canopée urbaine (c’est-à-dire, le pourcentage de verdure sur son territoire) et sur les îlots de chaleur.

En dessous d’une canopée urbaine, il y a plus de fraîcheur et c’est fort utile pour les municipalités de contrôler les îlots de chaleur avec la canopée. Mais on n’a pas cette étude à Saguenay, mentionne le président du conseil d’administration des Verts boisés du fjord, Gilles Tremblay.

L’organisme ne s’oppose toutefois pas au projet résidentiel qui prévoit la construction d’une centaine de logements sociaux destinés à des personnes souffrant d'une déficience légère, du trouble de l'autisme et des personnes à faible revenu. Selon son président, il contribuera à contrer l’étalement urbain, à optimiser l’ensemble résidentiel ainsi qu’à aménager le territoire.

La réglementation municipale actuelle n’oblige pas les promoteurs à replanter les arbres coupés lors de développement. L'Office d'habitation Saguenay-Le Fjord, qui est propriétaire du terrain, se fait toutefois rassurant.

Il va y avoir de la verdure autour des bâtiments et il va y avoir des arbres qui vont être plantés en fonction de la finalité des travaux, précise le directeur général, Adam Boivin.

La Ville de Saguenay confirme ne pas avoir de données sur la canopée urbaine, mais soutient avoir pour objectif de protéger les boisés urbains.

D’après le reportage de Thomas Laberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !