•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sacs de plastique bientôt bannis des IGA

Un sac de plastique.

Les sacs comme celui-ci disparaîtront des IGA au cours des prochains mois.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Certains clients des magasins d’alimentation IGA devront changer leurs habitudes d’ici quelques mois. À compter de septembre, il n’y aura plus de sacs de plastique dans les IGA de l’île de Montréal et la mesure s’étendra ensuite à tous les magasins de la province.

On est rendus là. Il faut vraiment éliminer le plastique, que ce soit les contenants à usage unique, les bouteilles, ces choses-là ou des sacs de plastique, croit le propriétaire du IGA Alimentation Yvon Haché, à Chicoutimi.

Selon Yvon Haché, les clients font de plus en plus d'efforts, que ce soit avec les sacs réutilisables ou même avec des filets vendus dans les rayons des fruits et légumes.

Yvon Haché.

Yvon Haché est propriétaire d'un marché d'alimentation IGA dans l'arrondissement de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

Les gens commencent à y penser sérieusement. Quand tu regardes le bord des plages et que c'est plein de plastique, les gens ne sont pas sans y penser. C'est peut-être eux autres, [c’est peut-être] leurs bouteilles qui traînent là, tu sais.

Yvon Haché, propriétaire, IGA Alimentation Yvon Haché

Cependant, plusieurs des 16 000 transactions effectuées chaque semaine se soldent encore par la distribution de sacs de plastique.

[Les clients] en prennent, mais, souvent, ils le disent aussi, que ça ne devrait plus exister. Même ceux qui en prennent, ils disent : "S'il n'y en avait pas, on se forcerait plus à amener nos sacs", mentionne la caissière Cathy Lemieux.

Le propriétaire du marché d’alimentation sait que les clients ne sont pas encore prêts à 100 % à prendre le virage écologique. C’est pourquoi Yvon Haché prévoit conserver, du moins pour un temps, des sacs de papier. Il indique que des sacs de plastique seront aussi disponibles pour la viande ou le poisson. Il précise que c’est une question de salubrité.

Il va toujours y avoir de l'emballage un peu. Un produit qui va couler, un produit chaud, un produit qui a de l'huile, il va toujours falloir l'emballer. Le client ne voudra pas se retrouver avec un peu d'huile, du poulet ou de la glace fondue dans son sac réutilisable, mentionne-t-il.

Certains commerces ont quant à eux fait le choix des sacs biodégradables pour réduire leur empreinte écologique, c'est le cas de Bizz, à Saguenay.

D'après le reportage de Claude Bouchard

Saguenay–Lac-St-Jean

Pollution