•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La Vespa : depuis 1946, une guêpe italienne essaime sur les routes du monde entier

    Quels sont les droits de traduction sur les plateformes de contenus numériques? Marie-Hélène Lange s’entretient à ce sujet avec Christiane Asselin, directrice chez ICI TOU.TV.

    Radio-Canada

    C’est en 1946 que la Vespa fait son apparition. Symbole de la créativité et de l’art de vivre à l’italienne, le véhicule connaît une grande popularité à travers le monde, y compris au Canada.

    Visite à Rome

    En juin 1960, Rome s’apprête à recevoir le monde pour les 17es Jeux olympiques d’été.

    Le journaliste sportif de Radio-Canada Richard Garneau se prépare pour sa part à couvrir ses premières olympiades.

    Reportage du 5 juin 1960

    Il nous emmène, par un reportage en Vespa, dans certains lieux évocateurs de la capitale italienne qu’il visite avec deux jeunes garçons .

    Richard Garneau utilise alors comme moyen de transport un des symboles de la dolce vita, la douce vie, à l’italienne.

    La guêpe italienne…

    À la sortie de la Seconde Guerre mondiale en 1946, l’ingénieur Enrico Piaggio est bien embêté.

    L'industrie italienne se voit interdire la construction d’avions par les Alliés qui viennent de vaincre l'Italie fasciste.

    Pour l’entreprise d’Enrico et de sa famille, dont le secteur aéronautique est la principale activité, c’est une catastrophe.

    Pour la sauver, Enrico Piaggio doit trouver une solution de remplacement.

    Il demande donc à ses ingénieurs d’inventer un nouveau transport moderne et économique.

    Ces derniers reviennent avec un prototype de mobylette à deux roues.

    Sa taille serrée, ses proportions arrondies à la base, de même que le bruit proche du bourdonnement d’insecte que produit le moteur, lui procurent d’ailleurs un surnom.

    Ce surnom, « Vespa », signifie « guêpe » en italien.

    Dès 1946, la « guêpe » essaime sur les routes de Toscane puis d’Italie.

    Aujourd’hui, il y a plusieurs millions de ces Vespa à travers le monde, y compris au Canada.

    … à Vancouver

    C’est ici à Vancouver qu’a été fondé le premier club de Vespa du Canada.

    Annie Bourgault

    Que Vancouver soit la première ville canadienne à ouvrir un club pour les propriétaires de Vespa ne devrait surprendre personne.

    Ça vaut le détour, 29 novembre 2003

    Ce commentaire, la journaliste Annie Bourgault le fait dans un reportage du 29 novembre 2003 présenté à l’émission Ça vaut le détour.

    Contrairement aux autres villes canadiennes, le climat de Vancouver permet de rouler en Vespa pratiquement toute l'année.

    Dans son reportage, Annie Bourgault nous amène à la boutique Scooter MD de Vancouver.

    C’était en 2003, le seul endroit dans l’ouest du Canada où l'on pouvait acheter des Vespa remises en état.

    Acquérir ce véhicule neuf était en effet impossible au Canada depuis 1984. Il fallait débourser 4000 $ US pour devenir propriétaire d’une de ces « guêpes ».

    Ceci explique-t-il l’exclusivité, voire l’opacité des réunions de ce club de Vancouver? C’est une affaire d’opinion.

    … et à Montréal

    Moi je vois ça, je pense aux films de Fellini, à Marcello Mastroianni, à ce que pouvait être l’Italie des années 1960.

    Un homme dans la Petite-Italie de Montréal

    Au début des années 2000, les Vespa neuves ne sont toujours pas vendues au Canada, comme le confirme le journaliste Alexis Deschênes.

    L'heure du midi, 16 juin 2003

    Dans le reportage qu’il présente à L'heure du midi le 16 juin 2003, on voit que les Vespa, à qui l'on a donné une deuxième jeunesse, ont la cote chez plusieurs Montréalais.

    Rouler sur une « guêpe » italienne est un art de vivre rempli de nostalgie.

    Cette journée-là, plusieurs propriétaires de Vespa s’aventurent dans le quartier montréalais de la Petite-Italie, où se déroule une fin de semaine Ferrari.

    Malgré la présence de rutilants bolides, la Vespa force l’admiration de plusieurs badauds qui déambulent dans le quartier.

    Plus de 120 000 deux-roues sortent annuellement des ateliers historiques à Pontedera dans la province italienne de Pise, en Toscane.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Art de vivre