•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Bières : de plus en plus d’artisans du houblon au Québec

    Quatre verres de bière, une blonde, une rousse, une brune une ambrée.

    Les bières de microbrasseries ont connu un essor important depuis la fin des années 1980

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    L'été venu, pas moins de 30 festivals célèbrent les bières de microbrasseries à travers la province. L'univers brassicole québécois s'est développé de manière importante depuis les années 1980. Nos journalistes ont couvert l'effervescence de ce monde de saveurs.

    Les bières des années 1970 : quelques marques, une recette

    Il y a quelques années, il y avait une bière québécoise sur laquelle on mettait plusieurs étiquettes différentes. Je pense à Molson, O’keefe, Labatt…

    Mario D’Eer, biérologue et auteur

    À l’émission Consommateur plus du 1er décembre 1978, le journaliste Simon Durivage fait évaluer en laboratoire les 18 bières produites au Québec.

    Consommateur plus, 1er décembre 1978

    Résultat : sauf pour la Brador, qui contient plus d’alcool, toutes les autres sans exception sont pareilles, cinq pour cent d’alcool à des poussières près. Elles ont toutes la même densité, le même pH, la même quantité de gaz carbonique, les mêmes sels minéraux.

    Simon Durivage, journaliste

    Pas étonnant que les clients de la brasserie où il se rend pour faire un test de goût n’arrivent pas à identifier correctement les bières dégustées.

    Une première microbrasserie inspirée des brasseurs écossais

    Il faudra attendre les années 1980 pour qu’un Québécois ouvre une microbrasserie.

    Le sens des affaires, 18 février 1987

    À l’émission Le sens des affaires du 18 février 1987, le journaliste Pierre Sormany nous fait découvrir la brasserie Massawippi, la plus ancienne brasserie artisanale au Québec, située à North Hatley.

    Lorsque le propriétaire demande son permis pour produire de la bière, les fonctionnaires n’en reviennent tout simplement pas. Il était le huitième seulement dans l’histoire du Québec. Le premier depuis 1896.

    Le permis émis dans les années 1980 ne permettait la vente de la bière que sur le lieu de sa fabrication.

    Par contre, le brasseur spécialisé dans les bières de types anglaises et écossaises a eu du flair. Quelques années plus tard, d’autres lui emboîteront le pas. Comme l’explique le journaliste :

    Alors que la consommation de bière diminue chaque année au Canada, les microbrasseries artisanales voient au contraire s’accroître la clientèle des dégustateurs de bières.

    Pierre Sormany, journaliste

    La recherche d’une signature québécoise

    L’Épicerie, 23 juin 2010

    Le 23 juin 2010, la journaliste Andrée Langlois de L’Épicerie consacre un reportage aux bières artisanales québécoises et à l’essor des microbrasseries.

    Selon le biérologue Mario D’Eer, Les brasseurs québécois s’inspirent de trois grandes tendances internationales : l’Allemagne, la Belgique et le Royaume-Uni.

    Ils reproduisent des recettes inspirées des Européens en y ajoutant une touche québécoise. On n'a qu’à penser à l’ingrédient classique du sirop d’érable présent dans plusieurs bières de microbrasserie.

    Si on se compare à d’autres provinces du Canada, on est très éclaté dans ce que l’on fait. On fait du vieillissement en fût de chêne, on fait des bières avec du houblonnage accru. [...] Au Québec on n’est pas dans un carcan, on s’amuse.

    Dominique Gosselin, maître brasseur, Les Brasseurs du Temps

    La journaliste s’entretient avec des clients d’un dépanneur offrant une très grande variété de bières de microbrasseries.

    Pour l’un d’entre-deux, on déguste pour le plaisir de la découverte.

    C’est ça qui est le fun, c’est comme un monde, tu rentres là-dedans et y a pas de fin.

    Client

    Pour une autre, on choisit d’abord sa bière avec les yeux.

    J’aime beaucoup les étiquettes!

    Cliente

    Les illustrations reflètent des aspects de notre histoire, de nos légendes et de notre identité. « De la poésie sur bouteille ».

    Suivre la route des bières

    Téléjournal Est du Québec, 26 août 2018

    Au Téléjournal Est du Québec du 26 août 2018, la journaliste Catherine Poisson nous transporte sur la Route des bières.

    Les microbrasseries font désormais partie des incontournables dans l’est du Québec.

    On a un impact puissant dans les attraits touristiques, les gens arrêtent pour prendre de l’information sur le circuit brassicole un peu comme la route des vins.

    Caroline L'Archevêque, copropriétaire, microbrasserie Le Malbord.

    Juste pour les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, 14 arrêts servant plus d’une centaine de variétés de bières sont offerts aux voyageurs.

    L’industrie de la bière crée de l’emploi dans toutes les régions, 5000 au total. Seule la région Nord-du-Québec ne possède pas de microbrasserie.

    20 % de ces entreprises se trouvent dans des villes comptant moins de 5000 habitants et 40% dans des villes de moins de 20 000 habitants.

    Il semble bien loin le temps où une dizaine de bières, en tous points semblables, étaient servies aux consommateurs québécois.

    Désormais, le nombre d’entreprises brassicoles monte en flèche, on en dénombre 228. 100 d’entre elles ont vu le jour au cours des trois dernières années.

    Archives

    Alimentation