•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La radio CFUT à Shawinigan victime d'une cyberattaque

La radio communautaire CFUT a été victime d'une cyberattaque mardi soir.

La radio communautaire CFUT a été victime d'une cyberattaque mardi soir.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La radio communautaire de Shawinigan CFUT a été victime d'une cyberattaque mardi soir forçant une interruption de sa programmation régulière mercredi.

Le pirate informatique qui paralyse les serveurs de la radio réclame une rançon. Les dirigeants de CFUT refusent de céder aux demandes du pirate.

Ils ont fait appel à du soutien informatique pour rétablir les serveurs. Heureusement, une sauvegarde avait été faite sur un disque dur externe. Peu de données auront donc été perdues.

La radio a tout de même pu diffuser de la musique et faire quelques animations pendant la journée de mercredi. La programmation régulière sera de retour jeudi.

Les ordinateurs de la radio n'étaient pas munis d'un antivirus ce qui a facilité la tâche du pirate informatique.

Une solution qui a été proposée, c'est de mettre un antivirus sur tous les ordinateurs de la station, où un technicien serait capable de voir l'état des ordinateurs à distance. Ça, c'est une solution qui a été proposée ce matin et qui risque très fortement d'être installée, explique le journaliste de CFUT, Louis-Philippe Harnois-Arel.

De plus en plus de petites organisations ciblées

Le professeur en technologies de l'information de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Sylvestre Uwizeyemungu, estime que les petites organisations sont des cibles de choix pour ce genre de crimes.

C'est comme dans la nature. Les lions quand ils chassent, ils ne vont pas s'attaquer aux animaux qui sont les plus forts, qui savent courir le plus rapidement possible, ils vont s'attaquer aux animaux les plus faibles. Les pirates font la même chose. Ils s'attaquent à des organisations dont ils ont des raisons de croire qu'elles sont moins bien protégées, souligne M. Uwizeyemungu.

Pour cet expert en cybersécurité, le risque zéro n'existe pas. Il souligne toutefois que plus une organisation est protégée, aussi petite soit-elle, moins elle risque d'être ciblée.

On peut être très bien protégé et ne pas avoir remarqué une faille, dont les pirates profitent pour nous pirater, mais l'essentiel, c'est que quand on a mis des mesures, il y a des risques qu'on a évités, conclut le professeur de l'UQTR.

Il estime qu'il est difficile de mesurer précisément le nombre d'organisations victimes de cyberattaques, d'abord, parce que plusieurs décideront de ne pas en parler. Ensuite, des organisations peuvent avoir bloqué l'attaque avec leur système de protection, ce qui n'aura ainsi aucune conséquence.

Selon une étude de Statistiques Canada, en 2017, une entreprise sur cinq au pays aurait été touchées par un incident de cybersécurité qui a eu des répercussions sur leurs activités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Technologies et médias