•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis permettront l'importation de médicaments du Canada

De nombreux américains traversent fréquemment la frontière pour acheter des médicaments au Canada.

Photo : Reuters / Chris Wattie

Radio-Canada

L'administration Trump annonce la mise en place d'un système qui permettra aux Américains d'importer légalement des médicaments d'ordonnance moins chers du Canada. Cependant, des représentants de l'industrie pharmaceutique canadienne affirment ne pas avoir les moyens de répondre aux besoins de nos voisins du sud.

Le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, en a fait l'annonce mercredi matin. Les administrations précédentes s'étaient rangées du côté de l'industrie en matière d'importation. Celle-ci affirmait que les patients risquaient ainsi de recevoir des médicaments contrefaits ou modifiés.

M. Azar, un ancien dirigeant de l'industrie pharmaceutique, a indiqué que les patients américains pourraient importer des médicaments de manière sécuritaire et efficace, avec la surveillance de la Food and Drug Administration (FDA).

La proposition de l'administration Trump permettrait aux États, aux grossistes et aux pharmaciens d'obtenir l'approbation de la FDA pour importer certains médicaments déjà disponibles au pays.

On ignore pour l'instant à quel moment les consommateurs américains pourront bénéficier de cette mesure.

Une promesse de Trump

Lors de sa campagne électorale, M. Trump a fait de la réduction du prix des médicaments sur ordonnance l'une de ses priorités. En tant que candidat, il a dit souhaiter autoriser les Américains à importer des médicaments sur ordonnance, et il a récemment soutenu une loi de la Floride permettant aux résidents de l'État d'accéder aux médicaments en provenance du Canada.

M. Trump est également en faveur d'une loi bipartite au Sénat qui limiterait les cotisations pour les médicaments des personnes sous le régime public Medicare et obligerait les fabricants de médicaments à payer les remises du gouvernement si le coût de leurs médicaments augmente plus vite que l'inflation.

Les prix des médicaments sont plus bas dans les autres pays économiquement avancés, car les gouvernements jouent un rôle de premier plan dans la fixation des prix. Mais aux États-Unis, Medicare n'est pas autorisé à négocier avec les sociétés pharmaceutiques.

Les groupes de consommateurs appuient fortement cette idée, arguant que cela ferait pression sur les fabricants de médicaments américains pour qu'ils réduisent leurs prix. Ils soulignent également que l'industrie pharmaceutique est une entreprise mondiale et que de nombreux ingrédients des médicaments vendus aux États-Unis sont fabriqués à l'étranger.

L'Association américaine des personnes retraitées avait beaucoup insisté sur le plan de la Floride, affirmant qu'il était possible d'importer en toute sécurité des médicaments moins coûteux et tout aussi efficaces, ce qui favoriserait la concurrence.

Impossible de répondre à la demande

De son côté, Médicaments novateurs Canada (MNC), une association qui regroupe 41 entreprises pharmaceutiques, doute de la capacité de l’industrie canadienne à répondre aux besoins américains.

Dans une déclaration transmise à Radio-Canada, la directrice des affaires publiques de MNC, Sarah Dion-Marquis, soutient que la demande est trop forte pour les pharmaceutiques canadiennes.

Le Canada n’est pas en mesure de fournir des médicaments et des vaccins à un marché dix fois plus grand que sa propre population sans mettre en péril les approvisionnements canadiens et sans causer de pénuries.

Sarah Dion-Marquis, directrice des affaires publiques de MNC

Mme Dion-Marquis souligne que son association ainsi que d’autres acteurs du milieu ont fait part à Santé Canada de leurs préoccupations concernant l’accès aux médicaments pour les patients canadiens.

Au fur et à mesure que notre industrie travaille avec Santé Canada et d'autres intervenants à la gestion de cette question, nous aimerions recevoir une déclaration publique du gouvernement du Canada confirmant qu'il prendra les mesures qui s'imposent pour aider à protéger les approvisionnements canadiens dans le cas d'une pénurie éventuelle, a-t-elle dit.

Ottawa n’était pas au courant

Le gouvernement canadien n'a pas été consulté à l'avance et le sujet n'a jamais été discuté avec Ottawa, même si on était au courant d'initiatives envisagées par certains États américains.

Au cabinet de la ministre fédérale de la Santé Ginette Petitpas Taylor, on dit « veiller à ce que les Canadiens soient protégés contre les prix élevés des médicaments grâce à une réglementation ».

Dans une déclaration obtenue par Radio-Canada, le directeur des communications de la ministre, Mathieu Filion, affirme qu’une des priorités du gouvernement est de « s'assurer que les Canadiens aient accès aux médicaments dont ils ont besoin ».

Nous surveillons en permanence l’approvisionnement en médicaments au Canada. Nous travaillerons en étroite collaboration avec des experts en santé pour mieux comprendre les conséquences pour les Canadiens d’une telle mesure, et pour nous assurer que l’offre et le coût des médicaments sur ordonnance ne soient pas affectés au Canada, soutient-il.

Mathieu Filion ajoute que le ministère est en communications avec « des responsables américains » et qu’il allait « discuter de l’annonce d’aujourd'hui avec eux ».

Avec les informations de Associated Press

Industrie pharmaceutique

International