•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Louis Robert retrouve son emploi et les mois de salaire perdus

Il est sur une chaise dans un champ.

Louis Robert avait été congédié du ministère de l'Agriculture après 32 ans de service.

Photo : Radio-Canada / La semaine verte

Thomas Gerbet

Victoire sur toute la ligne pour le lanceur d’alerte congédié par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ). Radio-Canada a appris que l’agronome retrouvera son poste le 6 août. Il obtient même une compensation financière pour le préjudice subi.

Les employés du bureau du ministère de l’Agriculture à Saint-Hyacinthe ont été informés par leurs supérieurs, mardi matin, que leur collègue Louis Robert avait signé une entente à l'amiable avec le gouvernement.

Selon nos sources, le lanceur d’alerte obtient une réintégration dans le même poste qu’il occupait, le versement des six mois de salaire perdus durant son congédiement, ainsi qu’une compensation pour le stress occasionné.

Dans le cadre des négociations, le Conseil du Trésor a même offert à Louis Robert de prendre sa pleine retraite, alors qu’il lui reste trois ans d’exercice. Mais le fonctionnaire a refusé, préférant reprendre son travail.

L’entente à l'amiable met fin au processus d’arbitrage, et tous les griefs sont abandonnés.

Louis Robert n’a pas souhaité faire de commentaire.

Dans un communiqué, le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec « espère que le gouvernement aura eu sa leçon avec la saga de l’agronome et que plus jamais un salarié ne se retrouvera dans une telle tempête pour avoir voulu protéger le public ».

Le MAPAQ a pour sa part accueilli « favorablement le retour au travail » de Louis Robert et s'est dit « satisfait de pouvoir compter sur son expertise ».

« M. Robert et le MAPAQ sont déterminés à travailler dans la même direction, c’est-à-dire au bénéfice des agriculteurs de la Montérégie et du Québec », a réagi Mélissa Lapointe, porte-parole du ministère de l’Agriculture du Québec.

Louis Robert, qui avait plus de 30 années d’expérience au MAPAQ, avait dénoncé l’ingérence du privé dans la recherche publique sur les pesticides. Le 24 janvier dernier, il a été congédié pour avoir transmis à Radio-Canada des documents confidentiels. Quelques jours plus tard, la protectrice du citoyen annonçait l’ouverture d’une enquête.

Dans son rapport, la protectrice avait sévèrement blâmé le ministère de l’Agriculture pour ne pas avoir respecté la loi et pour ne pas avoir protégé l’identité du divulgateur. C’est parce qu’il avait perdu confiance dans son employeur que Louis Robert s’était tourné vers les médias.

À la suite de la publication de ces conclusions, le 13 juin, le premier ministre du Québec François Legault avait présenté des excuses au lanceur d’alerte, au nom de l’État québécois, et annoncé des discussions pour lui faire réintégrer son poste ou lui offrir une compensation.

Politique provinciale

Politique