•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Sherbrookois célèbrent la Coupe Stanley avec David Perron

Travail des téléphonistes de différentes entreprises devant des standards téléphoniques.(1930 à 1976)

C'est dans la coupe Stanley que David Perron a mangé ses céréales mardi matin. Le Sherbrookois est allé chercher le célèbre trophée à l'aéroport de Sherbrooke à 7 h 30 et l'a apporté à la maison.

La coupe Stanley sur le siège avant d'un camion.

David Perron a bien attaché la coupe dans son camion avant de prendre la route vers le lac Memphrémagog où il habite.

Photo : Twitter/St.Louis Blues

Le tout s'est déroulé simplement, sans flafla. Reste que l'émotion était grande pour l'attaquant. Je pensais qu'il y aurait des gens, mais j'étais seul. D'avoir la coupe Stanley dans le banc en avant en auto, d'avoir un moment juste tous les deux ensemble, c'était incroyable. Je l'ai amenée à la maison avec ma famille au lac Memphrémagog. On a mangé des céréales dans la coupe et du lait au chocolat. C'est deux rêves que j'avais et que j'ai réalisés la même journée [d'avoir une maison au lac Memphrémagog et de gagner la Coupe]. C'étaient des moments incroyables!, a-t-il dit en conférence de presse.

David Perron et sa conjointe qui versent des céréales dans la coupe Stanley.

Il y a des bols de céréales plus spéciaux que d'autres.

Photo : Twitter/St.Louis Blues

Par la suite, la coupe s'est déplacée au restaurant Louis Luncheonette. On a fermé le restaurant pendant une heure le temps de manger une poutine dans la coupe. Après, on a fermé la rue Allard où j'ai habité toute ma vie et où mes parents habitent encore. C'était spécial de jouer un match de hockey-balle dans la rue avec les gens avec qui j'ai grandi. Depuis qu'on est jeunes, on joue pour la Coupe Stanley et on l'a encore fait ce matin.

Les amateurs de hockey étaient nombreux à avoir répondu à l'appel de David Perron pour célébrer la victoire des Blues de Saint-Louis en finale de la Ligue nationale de hockey, mais surtout pour accueillir la coupe Stanley qui est de passage à Sherbrooke ce mardi. Les organisateurs ont avancé le nombre de 1800 personnes présentes au palais des sports Léopold-Drolet.

C'est précédé de jeunes joueurs de hockey de partout en Estrie que David Perron, transportant la coupe à bout de bras, a fait son entrée sur la glace du palais des sports sous un tonnerre d'applaudissements.

Longue attente

Sous le coup de 10 h, il y avait plus d'une centaine de personnes déjà à faire la file devant le palais des sports Léopold-Drolet. Certains d'entre eux sont arrivés aussi tôt que 5 h.

Chez plusieurs, cette journée restera gravée dans la mémoire longtemps. Voir la coupe Stanley en vrai, c'est un de mes rêves à moi, mais aussi à mon père. C'est un rêve qui se réalise!, s'est exprimé un jeune amateur rencontré sur les lieux.

David Perron s'est amusé avec son fils mardi matin. Chacun a soulevé sa coupe.

David Perron s'est amusé avec son fils mardi matin. Chacun a soulevé sa coupe. Tel père, tel fils, a tweeté l'organisation des Blues de Saint-Louis.

Photo : Twitter/walsha

Savoir que tu as gagné ça et que plusieurs grands noms ont tenu cette coupe dans les mains, ça fait vraiment chaud au coeur d'être à côté. Ça fait vraiment plaisir de l'avoir à Sherbrooke, a ajouté une adolescente.

Une grand-mère rencontrée sur place tenait en main une photo de son petit-fils. Jacob a été aidé par la Fondation David Perron pour un équipement de gardien de but. Cette année, Jacob veut absolument revoir David pour lui montrer sa photo.

Conte de fées

Oeuvrant dans le milieu du sport sherbrookois depuis près de 50 ans, le journaliste de Radio-Canada Estrie Jean Arel rappelle que cette Coupe, David Perron ne l'a pas volée. Dans sa tête, il sait très bien la chance qu'il a eue. Il sait très bien comment il a travaillé fort pour y arriver, mais aussi comment il a performé. Il faut se rappeler que ce n'est pas un joueur de troisième ou quatrième trio. C'est un joueur de premier trio qui a eu un impact majeur dans la conquête de la Coupe Stanley.

Si les Sherbrookois sont fiers du parcours de David Perron, plusieurs souligneront qu'ils sont surpris de voir où il est rendu aujourd'hui. C'est comme un conte de fées qui se réalise aujourd'hui. Personne n'aurait pensé qu'il en arriverait là. On est tous très fiers de voir qu'on a le droit de rêver, qu'on a raison de rêver parce que des fois, le rêve devient réalité, ajoute Jean Arel.

Horaire chargé

Une affiche de David Perron avec la coupe Stanley.

Une activité est organisée au palais des sports Léopold-Drolet pour célébrer la conquête de la Coupe Stanley par le Sherbrookois David Perron.

Photo : Radio-Canada

Au total, 300 familles pourront rencontrer le joueur des Blues de Saint-Louis et se faire photographier avec le prestigieux trophée lors d'une activité au palais des sports Léopold-Drolet. Le tout a commencé à 14 h.

Par la suite, vers 16 h, le numéro 57 et la coupe Stanley défileront sur la rue King en direction de Magog. Ils s'arrêteront au quai McPherson avant d'être accueillis à l'hôtel de ville, où David Perron signera le livre d'or de la Municipalité.

David Perron qui sert de la poutine prise dans la coupe Stanley.

Pourquoi pas une poutine dans la coupe?

Photo : Twitter/St.Louis Blues

En soirée, David Perron célébrera avec sa famille et des amis dans l'intimité.

La dernière fois que Sherbrooke a accueilli une coupe Stanley remportée par un joueur, c'est en 1993. Le Sherbrookois Stéphan Lebeau avec le Canadien de Montréal avait remporté les grands honneurs. Les frères Stéphane et Jimmy Waite, qui ont été tour à tour entraîneurs des gardiens de but des Blackhawks de Chicago, avaient apporté la coupe en 2010, 2013 et 2015.

Des gens qui attendent en file pour rencontrer David Perron.

Plusieurs partisans portaient fièrement un chandail du célèbre joueur.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Rousseau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Hockey