•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’écrasement d’un avion militaire au Pakistan fait 18 morts

Les services de secours sont sur les lieux. Un édifice semble démoli. De la fumée flotte au-dessus des bâtiments.

L'accident s'est produit en pleine nuit dans une banlieue de la ville de Rawalpindi, ville proche de la capitale Islamabad, au Pakistan.

Photo : AFP/Getty Images / AAMIR QURESHI

Agence France-Presse

Au moins 18 personnes, dont de nombreux civils, ont été tuées tôt mardi lorsqu'un petit avion de l'armée pakistanaise s'est écrasé dans une zone résidentielle de Rawalpindi, ville jumelle d'Islamabad, ont indiqué les secours.

Cinq des personnes tuées sont des membres d'équipage et les 13 autres sont des civils, a déclaré le porte-parole des secours, Farooq Butt. L'accident a également fait une douzaine de blessés, a-t-il ajouté.

« Les corps sont calcinés, ce qui rend leur identification impossible. Tous ont été transférés à l'hôpital militaire pour [une analyse] de l’ADN », a-t-il indiqué.

L'accident s'est produit en pleine nuit dans une banlieue pauvre de Rawalpindi, ville qui abrite le siège de la puissante armée pakistanaise. La zone a rapidement été bouclée par les forces de l'ordre tandis que des dizaines d'ambulances rejoignaient le site.

L'armée a précisé dans un communiqué qu'il s'agissait d'un avion de formation qui se trouvait en « mission de formation de routine » au moment de l'accident, et confirmé que cinq membres d'équipage se trouvaient à bord, parmi lesquels deux pilotes. Les blessés ont été évacués vers les hôpitaux et l'incendie a été éteint.

Selon un journaliste de l'AFP présent sur place, des morceaux de la carcasse fumante de l'avion étaient visibles sur un toit effondré. Une foule d'habitants, certains en larmes, s'était rassemblée.

L'un d'entre eux, un vieil homme à barbe blanche, Kala Khan, le torse nu couvert de bandages, criait : « Oh mon fils, oh mon fils! » D'autres habitants tentaient de le réconforter pour la perte de son fils dans l'accident.

« Je dormais lorsque j'ai été réveillé par le bruit d'une énorme explosion. Je suis sorti de ma maison et j'ai vu de hautes flammes. Nous avons couru jusqu'au site, les gens hurlaient », relate à l'AFP Mohammad Sadiq, un quinquagénaire vivant dans la zone.

« Nous, les villageois, avons tenté de les aider, mais les flammes étaient trop hautes et le feu trop intense, donc nous n'avons rien pu faire. Parmi les morts, il y a sept membres d'une même famille et la plupart ont péri brûlés », a-t-il ajouté.

« J'étais réveillé lorsque l'avion est passé au-dessus de ma chambre et il était déjà en feu dans l'air. Le bruit était terrifiant », a pour sa part affirmé un autre villageois, Ghulam Khan.

« Il est ensuite tombé sur une maison où vivait une famille », a-t-il ajouté.

Le premier ministre pakistanais Imran Khan a fait part de sa « douleur » et a dit prier pour la guérison des blessés, selon le compte Twitter du gouvernement.

Le dernier accident aérien d'ampleur au Pakistan remonte à décembre 2016. Un avion de ligne de la compagnie nationale PIA effectuant un vol intérieur s'était alors écrasé dans le nord montagneux du pays et avait tué 47 personnes.

Le crash le plus meurtrier ces dernières années au Pakistan remonte à 2010. Un Airbus 321 de la compagnie privée Airblue, ralliant Karachi à Islamabad, s'était écrasé dans les collines peu avant l'atterrissage dans la capitale et avait fait 152 morts.

Accidents et catastrophes

International