•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens s’inquiètent de l’utilisation d’herbicides dans le corridor Arbutus

Une dame pose devant des vignes et des mûres.

À l'instar d'autres habitants du secteur du corridor Arbutus, Cynthia Nugent déplore l'utilisation d'herbicide près des ronces des haies qui produisent des mûres.

Photo : Radio-Canada / Mugoli Samba

Geneviève Lasalle

Des citoyens se disent inquiets de la décision de la Ville de Vancouver d’utiliser de l’herbicide glyphosate dilué pour se débarrasser de la renouée du Japon, une mauvaise herbe invasive très présente dans le corridor Arbutus, et réclament davantage de mise en garde.

Ce chemin verdoyant de 9 kilomètres, qui relie False Creek au fleuve Fraser, est un terrain fertile pour les mûres prisées des habitants du coin. Ceux-ci s’inquiètent que la teneur potentiellement nocive du produit herbicide ait des effets dangereux pour la santé des usagers du corridor.

Mise en garde « insuffisante »

Un seau rempli de mûres.

Cynthia Nugent cueille normalement des mûres pour en faire de la confiture.

Photo : Offerte par Cynthia Nugent

Des panneaux sont installés aux endroits où l’herbicide est pulvérisé et conformément au règlement provincial, restent en place durant 48 heures, explique Godfrey Tait, un porte-parole de la Ville de Vancouver.

Une mesure insuffisante, croit Jacquie Gueguen. Celle-ci, qui habite dans le coin, déplore le manque d’information fourni par la Ville.

C'est inacceptable, les gens se promènent. Je ne sais pas à combien de personnes j'ai conseillé de ne pas manger les baies, car elles en attrapent de grandes poignées et s’en mettent plein la bouche.

Jacquie Gueguen

Un avis que partage Cynthia Nugent, qui cueille normalement les mûres pour en faire de la confiture, mais qui s'en abstiendra dorénavant. Si vous enlevez le panneau dans deux jours et que la plante reste en vie pendant quatre semaines, demande-t-elle, comment les gens sont-ils supposés savoir ce qui a été répandu et quand?

« Aucun risque pour la santé ou l’environnement »

Des mûres sur une ronce des haies.

Les mûres des ronces des haies du corridor Arbutus, à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Mugoli Samba

En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer classait le glyphosate comme étant probablement cancérogène pour les humains. Santé Canada dit aujourd’hui que, lorsqu’ils sont utilisés selon les directives, les produits contenant du glyphosate ne présentent aucun risque pour la santé humaine ou l’environnement.

Certains restent convaincus du contraire. Ils concluent que c'est sécuritaire, dit Mme Nugent. Mais il y a beaucoup de controverses autour des herbicides et les gens pensent qu'ils détruisent la planète.

Aucune autre solution, dit la Ville

Des plants de renouée du Japon en fleurs.

La renouée du Japon est l'une des plantes envahissantes les plus répandues dans le monde. Elle prolifère surtout en bordure des rivières.

Photo : Radio-Canada/La semaine verte

Capable de perforer le bitume des routes ou encore les fondations en béton des immeubles pour trouver la lumière et croître, cette plante est considérée par la Ville de Vancouver comme « extrêmement préoccupante » parce que ses rhizomes libèrent des toxines qui empêchent l'établissement d'autres végétaux.

La Ville de Vancouver soutient que l'herbicide est la seule méthode efficace pour l'éradiquer, puisqu'un petit bout de rhizome ou de racine peut donner naissance à une nouvelle plante. Elle espère éliminer les renouées le long du corridor Arbutus d'ici cinq ans.

Avec les informations de Mugoli Samba

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Faune et flore