•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apple : les utilisateurs de Siri, eux aussi, peuvent être écoutés par des employés

Une main tient un iPhone, qui affiche l'interface de l'assistant vocal Siri.

L'assistant vocal Siri est activé au son de la commande « Hé Siri ».

Photo : AFP/Getty Images

Radio-Canada

Après Amazon et Google, Apple a admis que des enregistrements des personnes utilisant l’assistant vocal Siri, installé sur de nombreux appareils de l’entreprise, sont écoutés par leur personnel, qui les analyse dans le but d’améliorer le service.

Un lanceur d’alerte qui travaille pour un sous-traitant de l’entreprise a raconté sous le couvert de l’anonymat au journal britannique The Guardian qu’il avait pu reconnaître, à travers ces enregistrements, des situations qui relèvent du domaine privé, comme des discussions entre une médecin et sa patiente, des relations sexuelles ou des transactions de drogue.

Bien que ces enregistrements ne soient pas associés à un nom ou à un code d'utilisateur ou d'utilisatrice Apple (Apple ID), le lanceur d’alerte affirme qu’il serait très facile d’identifier une personne sous écoute.

Apple dit utiliser ces enregistrements pour améliorer Siri. Le personnel qui écoute les interactions doit juger la prestation de services de l’assistant vocal selon certains critères : si la réponse de Siri à une demande était appropriée ou si l’activation de l’assistant était délibérée ou accidentelle, entre autres.

Les données servent « à mieux vous comprendre et reconnaître ce que vous dites », a affirmé Apple au quotidien The Guardian.

« Une petite portion des demandes à Siri sont analysées pour améliorer Siri et la dictée vocale, a ajouté l’entreprise. Les requêtes des personnes utilisatrices ne sont pas associées à leur identifiant Apple. Les réponses de Siri sont analysées dans des lieux sécurisés et tout le personnel doit respecter de strictes mesures de confidentialité. »

Moins de 1 % des interactions avec Siri sont enregistrées, et la plupart d’entre elles durent quelques secondes seulement, précise l’entreprise.

Le lanceur d’alerte qui a révélé cette histoire au Guardian croit toutefois qu’Apple devrait divulguer de façon plus explicite que des membres de son personnel peuvent avoir accès à leurs conversations privées.

Apple n’est pas la seule entreprise à employer de telles pratiques. Google et Amazon ont tous deux reconnu cette année qu’ils avaient des équipes ayant pour mandat d'écouter des enregistrements issus de leurs assistants vocaux respectifs, également dans le but d’améliorer le service.

Avec les informations de The Guardian

Intelligence artificielle

Techno