•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collision sur l’A-50 : des proches soulagées, mais consternées

Rachelle Clément (à gauche) et Valérie Lafond (à droite) en entrevue à la caméra.

Rachelle Clément (à gauche) et Valérie Lafond (à droite) sont heureuses que Sébastien soit en vie, mais déplore le fait que l'autoroute 50 ne soit pas bien sécurisée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les proches de deux des personnes blessées lors d’une collision frontale survenue au petit matin, dimanche, sur l’autoroute 50, sont soulagées de voir que personne n’a perdu la vie, malgré la gravité de l’accident. Elles demandent au gouvernement d’agir au plus vite pour sécuriser l’artère et éviter de nouvelles collisions.

Même si l’impact est survenu vers 3 h 30, dimanche, la famille immédiate de Sébastien Clément et de Stéphanie Lalonde — deux des occupants de la voiture qui a été percutée par un autre automobiliste — n’a été informée de l’implication de leur proche que plusieurs heures plus tard.

Ce qu’on a expliqué, c’est que c’était un accident grave, un accident lourd, et qu’il y avait plusieurs personnes dans cet accident-là qui devaient être prises en charge. Leur priorité [aux services d’urgence], c’était que tout le monde soit stable pour ensuite contacter la famille, explique Natacha Monette, la sœur de Stéphanie.

Natacha Monette en entrevue.

Natacha Monette se demande pourquoi le ministère des Transports tarde à sécuriser l'autoroute 50.

Photo : Radio-Canada

Même s’ils reposent maintenant dans un état stable, Stéphanie et son conjoint ont dû être opérés pendant plusieurs heures après avoir subi d’importantes blessures.

[Sébastien] a passé de 6 h 30 hier soir à [23 h] en salle d’opération. Les opérations ont compris une réparation au niveau de l’aorte, de sa hanche également, relate Valérie Lafond, la sœur de Sébastien.

Je croyais que mon frère n’allait pas survivre. Le véhicule était en morceaux. J’étais certaine [...] que c’était improbable qu’il y ait quatre survivants dans un si petit véhicule si démantibulé.

Une citation de :Valérie Lafond, sœur de Sébastien Clément
Valérie Lafond en entrevue devant un bâtiment de brique.

Valérie Lafond est agréablement surprise que son frère Sébastien soit encore en vie, malgré la gravité de ses blessures.

Photo : Radio-Canada

L’équipe de l’Hôpital de Hull, où les deux blessés sont traités, ne tente pas pour le moment de réveiller le jeune homme de 25 ans, car la douleur est encore trop importante.

Stéphanie a elle aussi subi des interventions chirurgicales, notamment à la jambe, mais contrairement à son conjoint, elle s’est réveillée, selon ses proches. La jeune femme est également enceinte de six semaines, mais il est impossible pour le moment de savoir si l’accident a nui à sa grossesse.

Il faut que le gouvernement agisse, martèlent les proches

L’accident de dimanche est le troisième à survenir seulement depuis le début du mois de juillet. Une collision survenue le 11 juillet a fait cinq blessés, et un autre impact le lendemain a coûté la vie à un homme de 25 ans.

Comme l’ont fait certains élus municipaux de la région dans la foulée de l’accident de dimanche, les proches des victimes fustigent le gouvernement du Québec qui, selon elles, ne fait rien pour sécuriser l’autoroute 50.

Ce qui est arrivé la fin de semaine dernière est l’occasion d’attirer l’attention des décideurs sur les enjeux de sécurité de l’artère, selon Rachelle Clément, la mère de Sébastien.

Ajoutez une voie, mettez un mur, faites quelque chose, mais voyons si ça nous coûte la vie du monde qu’on aime, c’est complètement ridicule!

Une citation de :Rachelle Clément, mère de Sébastien Lafond

Il faut qu’il y ait quelque chose qui se fasse. C’est aberrant, le nombre d’accidents qu’il y a là, s’indigne-t-elle.Le monde ne peut pas continuer à se tuer là.

Rachelle Clément en entrevue.

Rachelle Clément est attristée par l'état de son fils, mais reconnaissante qu'il soit toujours vivant.

Photo : Radio-Canada

On a été chanceux dans la malchance. Il n’y a pas eu de décès [...], mais il y en a beaucoup de décès, renchérit Natacha Monette.

De son côté, le ministère des Transports du Québec (MTQ) souligne que la sécurisation de l’autoroute 50 est l’une de ses priorités. Sa porte-parole, Marie-Chantal Baguia, note d’ailleurs qu’il y a « une équipe dédiée » à ce dossier.

Impossible toutefois de savoir quand des mesures de sécurité supplémentaires seront mises en place.

Au moment où on se parle, il n’y a pas de date déterminée, mais tout est mis en œuvre pour que ce soit mis en œuvre le plus rapidement possible, assure Mme Baguia, ajoutant du même souffle qu’il est important de ne pas sauter d’étapes afin de bien faire le travail.

Avec les informations de Laurie Trudel et d'Audrey Roy

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.