•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des contrôles resserrés pour les clients de Desjardins à la Banque Nationale

L'intérieur du Complexe Desjardins.

Les clients de Desjardins sont-ils devenus « toxiques » à la suite de la fuite massive de données personnelles?

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Thomas Gerbet

La Banque Nationale se méfie des demandes de clients Desjardins et renforce ses mesures de sécurité à leur égard, a appris Radio-Canada. Selon un expert en sécurité informatique, les victimes du vol massif de données doivent se préparer à subir des vérifications plus pointilleuses auprès de banques et de commerces.

Les clients de Desjardins sont-ils devenus « toxiques »? Selon nos informations, la Banque Nationale a récemment pris des mesures de sécurité accrues les visant spécifiquement.

Ainsi, l'ouverture d'un compte bancaire en ligne n'est plus facilitée comme pour les clients venant d'autres institutions financières.

L'auteur de cet article a fait le test, puisqu'il fait partie des 2,9 millions de membres Desjardins touchés par le vol de données personnelles.

Au moment de s'identifier comme client Desjardins, il a vu le processus d'ouverture du compte en ligne s'arrêter net et un message l'a renvoyé vers une succursale de la BNC.

En revanche, il lui était possible d'ouvrir un compte s'il indiquait appartenir à une autre banque que Desjardins.

Capture d'écran site web de la Banque Nationale.

Quand nous avons indiqué être client sur le site de Desjardins, un message nous a renvoyé vers une succursale. Mais en sélectionnant une autre institution financière, l'ouverture du compte en ligne était possible.

Photo : Capture d'écran/Radio-Canada

« Je vous confirme que nous avons accru nos mesures de surveillance pour l’ouverture de comptes en ligne, mais il n’y a toutefois pas de refus systématique », dit la directrice principale des affaires publiques de la Banque Nationale, Marie-Pierre Jodoin.

Certains membres de Desjardins auraient encore la possibilité d'ouvrir un compte en ligne, affirme la BNC. Lesquels? La Banque refuse d'entrer le détail de ses stratégies de sécurité, se contentant d'évoquer des « croisements d'informations ».

Les membres de Desjardins doivent se préparer à des obstacles

« Je ferais la même chose si j'étais à leur place », explique l'expert en sécurité informatique chez Okiok, François Daigle. Il juge la mesure de la Banque Nationale à l'égard des clients Desjardins « normale, appropriée et prudente ».

Selon l'expert, les clients de Desjardins victimes du vol de données devrait être rassurés : « Ça va réduire le risque que leur identité soit usurpée ».

En revanche, François Daigle s'attend à ce que d'autres banques et commerces fassent comme la BNC et vérifient deux fois plutôt qu'une qu'il s'agit des vraies personnes. « On va vouloir vérifier leur identité peut-être plus que les autres », croit-il.

Ça va prendre plus de temps, ça sera plus compliqué. Ce sont, malheureusement, les conséquences d'un vol d'identité.

François Daigle, expert en sécurité informatique chez Okiok

Les clients Desjardins doivent s'attendre à être envoyés plus souvent vers des succursales ou à se présenter en personne dans certains commerces. « On retourne à la procédure manuelle qu'on faisait il y a 10-15 ans », croit l'expert en sécurité.

Est-ce que d'autres banques ont pris des mesures comme la BNC? « Nous ne commenterons pas », a répondu un représentant de la Banque Royale du Canada. De leur côté, la Banque Scotia, CIBC et TD n'ont pas répondu à notre demande.

À la Banque Laurentienne, il faut toujours se présenter en succursale pour ouvrir un compte.

Mais même en succursale, la vigilance sera de mise. La BMO Banque de Montréal nous a rapporté le cas d'un homme de Sherbrooke arrêté plus tôt ce mois-ci, après s'être présenté à un de ses comptoirs dans le but d'obtenir une carte de crédit avec une identité volée, possiblement de Desjardins.

« L'employé a eu la puce à l'oreille sentant que quelque chose était anormal, a expliqué le Service de police de Sherbrooke, à Radio-Canada. Il a poussé ses recherches et s'est rendu compte que l'identité sur les cartes faisait l'objet d'une alerte Equifax. »

Finances personnelles

Économie