•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'humanité a déjà épuisé les ressources de la planète pour l'année

« L'humanité utilise actuellement les ressources écologiques 1,75 fois plus vite » que les capacités de régénération des écosystèmes, selon Global Footprint Network.

Photo : getty images/istockphoto / Rawf8

Radio-Canada

À partir d’aujourd’hui, l’humanité vit à crédit. Nous avons consommé toutes les ressources naturelles que peut offrir la Terre en une année, selon les calculs du Global Footprint Network (GFN).

Le 29 juillet marque le Jour du dépassement de la Terre, estimé chaque année par l’ONG. En 2019, cette journée est arrivée deux mois plus tôt qu’il y a 20 ans.

L’an dernier, ce jour était le 1er août.

« L'humanité utilise actuellement les ressources écologiques 1,75 fois plus vite » que les capacités de régénération des écosystèmes, affirme le GFN par communiqué.

Nous grignotons le capital naturel de notre planète, en amenuisant sa capacité régénérative future.

Global Footprint Network

D’un pays à l’autre, les habitudes de consommation diffèrent et viennent influer sur la date « de dépassement ». Le Qatar, donne en exemple le Fonds mondial pour la nature (WWF), s’est retrouvé à vivre à crédit après seulement 42 jours, tandis que l’Indonésie a pour sa part consommé toutes les ressources pour une année en 342 jours.

Si l’humanité consommait au rythme des Américains, il faudrait l’équivalent de 5 planètes, note le Global Footprint Network.

Rétablir l’équilibre – en ramenant le jour du dépassement au 31 décembre – passe par la diminution des émissions de gaz à effet de serre, qui représentent à elles seules 60 % de « notre empreinte écologique mondiale », souligne WWF.

L’empreinte écologique correspond à la quantité de surface terrestre nécessaire pour produire les biens et services que nous consommons et absorber les déchets que nous produisons.

« En diminuant les émissions de CO2 de 50 %, nous pourrions gagner 93 jours dans l'année, soit faire reculer le jour du dépassement à octobre », estime l'ONG.

Si l’humanité arrivait à réduire de moitié sa consommation de protéines animales, la date du jour de dépassement pourrait être reportée de 15 jours chaque année. En divisant le gaspillage alimentaire par deux, l’humanité pourrait gagner 10 jours, fait valoir WWF.

Pour les curieux qui voudraient calculer leur empreinte écologique, le Global Footprint Network a mis en ligne un outil sur son site, accessible à tous.

Avec les informations de Agence France-Presse

Pollution

Environnement