•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les stocks de crabe des neiges en baisse dans l’estuaire?

Un biologiste mesure un crabe des neiges

Des scientifiques de Pêches et Océans Canada mesurent la taille de crabes collectés afin de dresser un portrait de l'état des stocks.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La population de crabe des neiges semble être en diminution dans l'estuaire du Saint-Laurent, plusieurs crabiers n'ayant pas réussi à atteindre leur quota au printemps dernier. La situation est suivie de près par les scientifiques de Pêches et Océans Canada.

Après trois années consécutives d'augmentation, les quotas de crabe des neiges ont été réduits de 15 % au printemps dans la zone 17, soit celle de l'estuaire du Saint-Laurent. Malgré cette baisse, plusieurs pêcheurs n'ont pas réussi à atteindre leur quota.

C'est une population cyclique, le crabe des neiges, explique le biologiste Cédric Juillet. Grâce à nos données, on comprend qu'on est dans une phase descendante du pic, c'est-à-dire qu'on va dans le creux de la vague.

Des scientifiques s'activent sur le pont d'un bateau

Des scientifiques de Pêches et Océans Canada trient les organismes récoltés lors d'un échantillonnage dans l'estuaire du Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Avec son équipe, le biologiste de Pêches et Océans Canada a passé près d’un mois à prendre des échantillons dans l’estuaire du Saint-Laurent, afin de savoir comment se porte la population de crabes des neiges.

Une approche globale

Pour une première fois cette année, les biologistes tentent de comprendre les variations des populations de crabe avec une approche plus globale. Ils récoltent aussi des données sur l'habitat du crustacé.

Au lieu de prendre simplement l'information sur la démographie du crabe, on va aller aussi prendre l'information sur la température dans les profondeurs, mais on rajoute par exemple la salinité, on a des capteurs d'oxygène. On va aussi identifier toutes les espèces dans le chalut, décrit Cédric Juillet.

Organismes marins dans un bocal de métal

Les biologistes dressent un portrait de la biodiversité présente dans l'habitat du crabe des neiges, afin de mieux comprendre les fluctuations des stocks.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

« C'est important de comprendre dans quel écosystème se trouve le crabe des neiges et de pouvoir inclure cette information dans l'évaluation des stocks.  »

— Une citation de  Cédric Juillet, biologiste

La population est cyclique et on veut savoir où est-ce qu'on est rendus dans le cycle, poursuite Cédric Juillet. On a de l'information qui vient de la pêche commerciale, mais on a de la difficulté à voir tous les petits crabes. Si on est capables de voir qu'il y a une abondance de jeunes, on est capables de se rassurer [parce] qu'il y a des crabes pour un autre cycle au moins.

Un bateau à quai

Lors d'une mission en mer, les scientifiques prennent des échantillons sur près de 90 sites différents dans l'estuaire du Saint-Laurent.

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Selon le biologiste, la population de crabe des neiges dans l’estuaire est suivie depuis les années 1980. Les données recueillies seront compilées pendant encore plusieurs mois, puis comparées à celles enregistrées par les crabiers.

Le prochain quota de pêche sera fixé en février prochain.

Avec les informations de Julie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !