•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des nouvelles patrouilles du ciel américain

Radio-Canada

Le Pentagone conclut un contrat de 40 millions de dollars avec la compagnie Lockheed Martin pour concevoir un dirigeable gonflé à l'hélium qui surveillerait les frontières du pays.

Le Pentagone étudie la possibilité de recourir à des dirigeables pour patrouiller ses frontières du haut des airs à la recherche de missiles ennemis. L'appareil pourrait aussi surveiller les zones de combat outre-mer. Il a donc accordé un contrat de 40 millions de dollars à la compagnie Lockheed Martin pour concevoir et réaliser un prototype de dirigeable.

Le projet vise à suppléer au travail des radars et des satellites. Contrairement à ces derniers, le fonctionnement d'un tel dirigeable n'est pas contraint par la rotation de la terre: le dirigeable peut demeurer dans l'espace plusieurs mois et atterrir de lui-même pour les réparations ou ajustements techniques.

Le dirigeable fonctionnerait à l'énergie solaire et pourrait s'élever jusqu'à une altitude de 20 kilomètres au-dessus de la terre pour effectuer ses patrouilles.

Contrôlé à distance, il serait 25 fois plus gros que ceux qui survolent les stades lors d'événements sportifs. Le prototype devrait mesurer 150 mètres de long et 50 mètres de diamètre, contrairement aux 60 mètres de longueur et aux 20 mètres de diamètre d'un dirigeable commercial.

Le Pentagone espère que le prototype commandé à la compagnie Lockheed Martin sera livré dans trois ans. Le contrat comprend une option d'achat pour en construire un véritable, au coût de 50 millions de dollars, si les essais sur le prototype sont concluants.

Lockheed Martin Airdock qui développera le projet fut un important site de production des avions de surveillance de l'armée américaine durant la Seconde Guerre mondiale.