•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réseau de transport structurant vu par les résidents de Saint-Émile

Le pôle d'échanges Saint-Roch

Photo : Ville de Québec

Radio-Canada

Le réseau structurant de transport en commun promet de révolutionner les déplacements dans la région de la capitale. Mais est-ce que ces changements vont améliorer la mobilité dans les secteurs plus éloignés, comme Saint-Émile?

Le projet de la Ville de Québec fait du charme à la population depuis des mois. Des escouades informent la population sur les changements à prévoir en 2026.

Samedi, Accès Transports Viables s’est rendu dans le secteur de Saint-Émile avec le bureau d'information mobile.

Vraiment, cette partie-là de la ville de Québec, en banlieue plus au nord, elle ne sera pas du tout oubliée. Au contraire, il aura beaucoup de solutions qui seront apportées, souligne la responsable de projets Ella Sargent.

Ella Sargent, responsable de projets pour Accès Transports Viables

Ella Sargent, responsable de projets pour Accès Transports Viables

Photo : Radio-Canada

Des améliorations attendues depuis longtemps

Certains résidents de la périphérie attendent des solutions depuis longtemps pour améliorer le temps de déplacement en transport en commun.

Il faut présentement calculer une heure, en dehors des heures de pointe, pour parcourir les 13 kilomètres qui séparent Saint-Émile et le centre-ville de Québec.

On n'est pas beaucoup desservi au niveau du transport. C'est plus facile et on gagne beaucoup de temps avec la voiture par rapport au transport en commun, croit Chantal, une résidente de Saint-Émile.

La colonne vertébrale du réseau proposé, le tramway, n'atteindra pas Saint-Émile et plusieurs secteurs de la couronne nord. C'est avec des métrobus plus nombreux que le Réseau de transport de la capitale (RTC) espère convaincre les résidents d'adhérer au projet.

Le service de navettes serait quand même assez efficace pour se rendre au tramway. Ce qui veut dire qu'en dedans de 30 à 40 minutes, ce serait quand même assez accessible pour se rendre au centre-ville, ajoute-t-elle.

Le bureau d'information mobile sur le projet de Réseau structurant de transport en commun était à Saint-Émile.

Le bureau d'information mobile sur le projet de Réseau structurant de transport en commun était à Saint-Émile.

Photo : Radio-Canada

Un projet à 3 milliards de dollars

La facture élevée du projet, soit 3 milliards de dollars, en fait toujours sursauter plusieurs. Néanmoins, le réseau promet de desservir la majorité des citoyens de Québec et de ses banlieues.

En 2026, il y aura quand même 65 % de la population qui sera à moins de 800 mètres, donc moins de 10 minutes de marche de l'une des composantes du réseau, précise la responsable de projets d’Accès Transports Viables, Ella Sargent.

Si certaines voix s'opposaient au projet, aucune n'a voulu s'exprimer devant la caméra.

D’après un reportage de Sébastien Tanguay

Québec

Politique municipale