•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tristesse et consternation aux funérailles de Simon Khouri

Un cercueil sur lequel sont posées des roses et à côté duquel se trouve un cadre avec la photo de Simon Khouri.

Simon Khouri, 13 ans, est mort mardi alors qu'il circulait à vélo dans le quartier d'Orléans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les amis et les proches du jeune Simon Khouri, 13 ans, se sont réunis, samedi, pour les funérailles de l'adolescent fauché mardi alors qu’il circulait à vélo dans le quartier d'Orléans.

Les personnes qui ont assisté à la cérémonie se déroulant à l’église Saint-Paul-Apôtre des syriaques catholiques à Ottawa se souviennent avant tout de la bonne humeur contagieuse de l’adolescent.

Je me souviens de son rire. C’était toujours agréable quand il riait. J’adorais ce petit détail, et son sourire aussi, a souligné le jeune Jude Alkatev, un ami de Simon, en ajoutant que ce dernier était toujours prêt à donner un coup de main.

Difficile de croire que Simon ait pu mourir aussi brusquement, alors qu’il était si jeune et plein de bonne humeur, a fait valoir Elias Gimblad, un autre ami proche de Simon.

C’est fou, parce que c’est inattendu. Je m’attendais à le voir se marier, à célébrer notre retraite ensemble, à l’avoir comme garçon d’honneur à mon propre mariage.

Elias Gimblad, ami de Simon Khouri

En plus du choc, de la tristesse et des bons souvenirs de la vie du jeune Simon, certains ont tenu à partager leur incompréhension, voire leur indignation, au sujet des circonstances entourant la mort de l’adolescent.

Il a été happé par une voiture vers 17 h 30 mardi, dans la rampe d’accès de l’autoroute 174 sur le boulevard Jeanne-d’Arc.

C’est déplorable. Les côtés du chemin sont cachés par des branches, ils devraient vraiment les couper. Il y a des façons simples de prévenir ces tragédies, a fait remarquer Jude Alkatev.

On sait combien de personnes on perd chaque année, mais ce sont avant tout des gens, pas seulement des nombres. Je veux m’assurer que ces gens ne soient pas que des statistiques dans un rapport, a martelé Fadi Hachem, un ami de la famille Khouri.

Avec les informations de Jean-François Poudrier

Ottawa-Gatineau

Accident de la route