•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bob Dylan, Montréal et Netflix

Une chanteuse et un chanteur sont sur scène devant un micro, guitare à la main. Ils ont le visage couvert de maquillage blanc.

Joan Baez et Bob Dylan sur scène dans une séquence du film « Rolling Thunder Revue : une histoire de Bob Dylan »

Photo : Netflix

Radio-Canada

L'information est passée sous le radar, mais Montréal est très présente dans Rolling Thunder Revue : une histoire de Bob Dylan, diffusé sur Netflix. Acclamé par la critique, ce documentaire-fiction revient notamment sur le passage de Bob Dylan au Forum de Montréal le 4 décembre 1975. Un moment filmé par plusieurs caméramans professionnels qui occupe une place de choix dans le documentaire du réalisateur Martin Scorsese.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet

D'abord, il y a le contexte. Après avoir été accompagné par le groupe The Band lors de 40 concerts au début de l'année 1974, Bob Dylan décide, en 1975, de faire une tournée pas comme les autres baptisée Rolling Thunder Revue. Cette année-là, monsieur Dylan est au sommet de sa forme avec dans ses valises un chef-d'oeuvre dont je vous ai déjà parlé : l’album Blood on the Tracks.

Comme dans un spectacle de variétés folk, ce spectacle ressemble à un cirque ambulant où plusieurs artistes se produisent pendant trois, parfois quatre heures.

Pour l'occasion, Bob Dylan fait appel à plusieurs nouveaux musiciens, dont Mick Ronson, le guitariste de David Bowie, T Bone Burnett et sa complice des premières années, Joan Baez.

La Canadienne Joni Mitchell vient se greffer à ce groupe, qui commence par jouer dans de petites salles de la côte est des États-Unis. Ensuite, ils jouent au Colisée de Québec le 29 novembre 1975, au Maple Leafs Garden les 1er et 2 décembre puis au Forum de Montréal (l’un des meilleurs spectacles de cette tournée).


Bob Dylan interprétant Hard Rain au Forum de Montréal, le 4 décembre 1975


Bob Dylan arrive en ville

Lorsque le cirque Dylan débarque à Montréal, la veille du concert prévu le 4 décembre, il est accompagné d’une équipe de caméramans embauchée pour documenter la tournée. Au Château Champlain, Bob Dylan chante entre autres la chanson The Tracks of My Tears.

Le lendemain, enthousiaste à l'idée que son concert soit filmé, il demande au journaliste Larry « Ratso » Sloman d'aller chercher Leonard Cohen chez lui pour qu'il assiste à l'événement.

Et c'est là tout un événement. Le cofondateur du Festival international de jazz de Montréal, André Ménard, s'y trouve, en compagnie de Serge Fiori, Richard Séguin et Michel Rivard.

Un homme sourit devant un micro de radio.

André Ménard

Photo : Radio-Canada / Fanny Bourel

« C'était quand même assez gros. Il y avait un rideau de cirque et le tout était impressionnant. À l'époque, le mythe Dylan était grand. Et Joni Mitchell était présente; c’était important pour nous », se rappelle l'amateur de musique, qui a vu Dylan en spectacle près de 40 fois.

Le concert est mémorable et le tournage se déroule très bien. Résultat : plus de 40 ans plus tard, quatre chansons de ce concert mémorable se retrouvent dans le documentaire de Martin Scorsese : The Lonesome Death of Hattie Carroll, A Hard Rain's a-Gonna Fall (voyez la vidéo plus haut), I Dreamed I Saw St. Augustine et One More Cup of Coffee (Valley Below).


Bob Dylan interprétant One More Cup of Coffee (Valley Below) au Forum de Montréal, le 4 décembre 1975


Tout le concert de Montréal sur disque compact

Un coffret de 14 disques compacts accompagne la sortie du docufiction sur la tournée Rolling Thunder Revue. Les cinq concerts enregistrés professionnellement s'y retrouvent, dont celui de Montréal.

Sur l’un des disques, on peut entendre Blowin' in the Wind. À trois reprises, Joan Baez et Bob Dylan chantent le refrain en français : « Mon ami, écoute dans le vent. Écoute les réponses dans le vent ».

André Ménard s'en souvient très bien. « Bob Dylan s'était amusé avec la foule en disant que cette chanson, un de ses chefs-d'œuvre, était composée par Hugues Aufray », dit-il.

Le quatorzième disque est rempli d'enregistrements rares, dont le titre Jesse James, qui aurait été enregistré le 5 décembre 1975 à Montréal. Pour les admirateurs de Dylan, l'objet est un petit trésor dylanesque.

Un docufiction haut en couleur

Bob Dylan est l’un des artistes les plus documentés de l'histoire du rock. Véritable mythe dès le début de sa carrière, il a vu un nombre incalculable de ses concerts être enregistrés et filmés.

Mais, dès les premiers instants de Rolling Thunder Revue : une histoire de Bob Dylan, on est saisi par la qualité des images en format 4K et par la richesse des archives dénichées pour illustrer une des tournées les plus mythiques de Bob Dylan. Sa voix est claire, audible, et tous les musiciens l'accompagnent en symbiose. C’est un beau moment de musique.


La bande-annonce du documentaire-fiction de Martin Scorsese


Ce documentaire-fiction est aussi un récit à moitié inventé de cette tournée. Entre le vrai (les concerts) et le faux (non, Bob Dylan ne s'est pas inspiré du groupe Kiss pour son maquillage, et Sharon Stone ne l'a pas accompagné à l'arrière-scène), Rolling Thunder Revue : une histoire de Bob Dylan est un film important sur celui qui a été lauréat du prix Nobel de littérature en 2016.

Pour une rare fois, on l'entend exprimer le fond de sa pensée devant la caméra : « La vie ne consiste pas à se trouver ou à trouver quoi que ce soit. La vie consiste à se créer soi-même ou à créer des choses ». 

Sans verser dans la nostalgie, on se demande si un jour, Bob Dylan pourra recréer un cirque aussi grandiose que celui de 1975. 

Les Rolling Stones, maintenant

Parlant de cirque, les Rolling Stones viennent de rééditer Rock and Roll Circus, un film réalisé en décembre 1968, mais qui n'avait pas vu le jour à l’époque. Car la bande de Mick Jagger n'était pas très contente de sa prestation.

D'abord paru en 1996, ce concert filmé vient d'être réédité en très haute résolution. On y voit le groupe The Who ainsi que Jethro Tull, Taj Mahal, John Lennon et Eric Clapton dans toute leur splendeur et dans une ambiance, comme le titre l'indique, de cirque. Quelle époque!

Musique

Arts