•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montérégie : une façon inusitée de nettoyer des berges

Il n'a fallu que 30 minutes aux participants pour revenir avec plusieurs kilos de déchets, dont une grande affiche trouvée ironiquement au fond de l'eau.

Il n'a fallu que 30 minutes aux participants pour revenir avec plusieurs kilos de déchets, dont une grande affiche trouvée ironiquement au fond de l'eau.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En Montérégie, des amateurs de surf ont pris l'initiative de nettoyer les berges d'un lac d'une façon plutôt inhabituelle. C'est en planche à pagaie qu'ils se sont donné rendez-vous au bassin de Chambly. Après seulement 30 minutes sur l'eau, ils sont revenus avec plusieurs kilos de déchets.

La planche à pagaie est un sport dont la popularité explose. On peut souvent observer les amateurs de cette activité-là où il y a des vagues, comme derrière l'édifice Habitat 67 à Montréal, dans les rapides de Lachine ou dans les rapides de Chambly, en Montérégie.

Écouter le reportage de René Saint-Louis à l'émission Le 15-18

Mais pourquoi ne pas joindre l'utile à l'agréable? s'est demandé l'organisateur de l'événement, Guillaume Larouche. Il a organisé un événement Facebook qui a attiré 15 personnes. Le rendez-vous était à Saint-Mathias-sur-Richelieu, une petite municipalité qui borde le bassin de Chambly.

Avec la planche à pagaie, c'est que ça nous permet d'aller dans des endroits inaccessibles en bateau ou toute autre forme d'embarcation. Et en étant surélevé sur l'eau, ça nous permet d'avoir un angle de vue, une perspective qui est totalement différente. Donc, on voit très bien les déchets, comparativement à [si on était] en kayak.

Une citation de :Guillaume Larouche, organisateur de l'événement
L'organisateur de l'événement, Guillaume Larouche, est aussi professeur d'éducation physique à l'école secondaire Saint-François-Xavier à La Prairie.

L'organisateur de l'événement, Guillaume Larouche, est aussi professeur d'éducation physique à l'école secondaire Saint-François-Xavier à La Prairie.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

La corvée avait pour nom « Le petit bateau rouge », parce que les surfeurs traînaient, chacun derrière sa planche, un petit bateau rouge gonflable pour y déposer les déchets.

Gabriel et Sophie, deux participants, ont ainsi ramassé de la styromousse, des sacs, du verre, une espadrille et des produits d'hygiène féminine.

Certains ont trouvé de gros articles comme un cône orange d'un mètre et demi, un gros baril de plastique et même, ironiquement, une grande affiche de plus de deux mètres de longueur, sur laquelle on pouvait lire : « On travaille pour la qualité de votre eau ».

Les participants ont rempli leur petit bateau de déchets en à peine une demi-heure. L'idée est maintenant de renouveler l'expérience, mais à plus grande échelle, espère Guillaume Larouche.

Une fois l'été bien installé, on ne voit pas à quel point nos berges sont remplies de déchets, car ceux-ci sont cachés par la végétation. Le phénomène est plus visible au printemps, raconte-t-il.

Je voulais montrer l'ampleur du problème pour que, l'année prochaine, en 2020, ce soit l'événement officiel : un très grand rassemblement sur le bassin de planches à pagaie.

Une citation de :Guillaume Larouche
Le principe est simple : mettre les déchets ramassés sur un petit bateau rouge gonflable et les tirer jusqu'au point de départ.

Le principe est simple : mettre les déchets ramassés sur un petit bateau rouge gonflable et les tirer jusqu'au point de départ.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Déjà, le groupe écologiste Éco-Citoyens Chambly se dit intéressé par une corvée de nettoyage des berges de plus grande ampleur l'an prochain.

Ce regroupement de citoyens organise le 3 août prochain sa première corvée de nettoyage des berges, une corvée qui se fera à pied. L'an prochain, les deux actions pourraient avoir lieu en même temps : des gens à pied sur la terre ferme et d'autres sur des planches à pagaie, sur l'eau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !