•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Photos des deux hommes recherchés pour meurtre.

La GRC demande toujours l'aide du public pour retrouver Kam McLeod et Bryer Schmegelsky, considérés comme des individus dangereux. Ils pourraient avoir changé d'apparence et auraient été aperçus pour la dernière fois dans la région de Gillam, dans le nord du Manitoba.

Photo : GRC

Geneviève Lasalle

Kam McLeod et Bryer Schmegelsky, qui font l'objet d'une chasse à l'homme, sont accusés du meurtre au deuxième degré de Leonard Dyck et recherchés relativement à deux autres meurtres commis près de Dease Lake, en Colombie-Britannique. Mais que sait-on sur eux?

Les deux jeunes de 18 et 19 ans ont grandi à Port Alberni, une communauté de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Amis depuis l’école primaire, ils travaillaient tous deux dans un magasin Walmart local, avant de prendre la route vers le nord de la province.

Selon le père de Bryer Schmegelsky, les deux hommes se rendaient dans cette région pour chercher du travail.

Ils auraient été aperçus pour la dernière fois le 23 juillet dernier, dans la région de Gillam, dans le nord du Manitoba, où un important dispositif policier a été déployé pour les retrouver.

Bryer Schmegelsky

Photo de Bryer Schmegelsky.

Bryer Schmegelsky est accusé du meurtre au deuxième degré de Leonard Dyck, et recherché en lien avec deux autres meurtres commis dans le nord de la Colombie-Britannique.

Photo : GRC

Dans une entrevue accordée à La Presse canadienne, Alan Schmegelsky dit que son fils a vécu une enfance difficile. Le divorce acrimonieux entre sa conjointe et lui aurait eu des conséquences sur le jeune garçon, alors âgé de 4 ans, selon M. Schmegelsky.

Au moment où les deux amis étaient simplement considérés comme disparus, M. Schmegelsky avait affirmé qu'ils n’étaient pas violents et que c'étaient des gens bien.

Branden McHale, un ami des deux fugitifs, décrit Bryer Schmegelsky comme un garçon timide.

Bryer était vraiment silencieux avec les gens. Il parlait fort en compagnie de ses amis, mais était plutôt calme en général.

Branden McHale, ami de Kam McLeod et Bryer Schmegelsky

Une autre connaissance de Bryer Schmegelsky, Mathis Muller, dit que le jeune homme était un peu étrange. Il parlait de mettre sur pied une milice, de pratiquer le tir d’armes, se rappelle-t-il.

Kam McLeod

Un jeune homme souriant.

Kam Mcleod est accusé du meurtre au deuxième degré de Leonard Dyck, et recherché en lien avec deux autres meurtres commis au nord de la Colombie-Britannique.

Photo : GRC

Branden McHale décrit le deuxième suspect, Kam McLeod, comme un grand amateur de jeux vidéo et comme quelqu'un d'heureux. Il n'avait pas beaucoup d'amis, mais il était vraiment drôle, dit-il.

Dans une déclaration écrite, son père, Keith McLeod, dit de lui qu'il est un jeune homme gentil, attentionné, qui s'est toujours préoccupé des sentiments d'autrui.

Une voiture brûlée avec un homme en combinaison blanche à côté.

Des enquêteurs de la GRC cherchent des indices près d'une voiture carbonisée abandonnée par les deux suspects en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Chris Corday

« L’un d’eux prend les décisions », selon des experts

Professeur de criminologie à la Western University de London, en Ontario, Michael Arntfield dit que, même si ce qu'il avance est entièrement spéculatif, l'analyse de plus de 120 tueurs adolescents démontre qu'il y a sans exception une personne qui est la tête dirigeante du groupe.

Ils sont capables d'exercer un contrôle considérable sur le second, soit par la coercition, soit par la persuasion ou la manipulation.

Michael Arntfield, professeur de criminologie

Eric Hickey, psychologue canadien spécialisé en criminologie à l’Université Walden, aux États-Unis, confirme cette théorie. « Ce n’est pas une démocratie, l’un d’eux prend les décisions critiques, comme quoi faire, où se cacher. »

Le psychologue croit que la relation entre les deux jeunes fugitifs pourrait souffrir de la durée de leur cavale, mais surtout des difficultés qu’elle représente, comme cela se produit dans d’autres cas similaires.

L’un d’eux ne souhaite plus continuer et considère que le risque est trop élevé, il a peur. Ils pourraient donc se séparer, aller dans des directions opposées.

Eric Hickey, psychologue spécialisé en criminologie

L’agent de la GRC Martin Guay a par ailleurs indiqué que cette possibilité n’est pas écartée par les autorités.

Pour l'heure, les deux hommes sont toujours en cavale. La Gendarmerie royale du Canada a publié, vendredi, une courte vidéo provenant d'une caméra de surveillance d'un commerce de Meadow Lake, dans le nord de la Saskatchewan, montrant les suspects.

Armés et extrêmement dangereux

La GRC rappelle que les deux suspects sont armés et extrêmement dangereux.

Dans une entrevue avec La Presse canadienne, le père de Bryer Schmegelsky a dit croire que son fils voulait mettre fin à ses souffrances et prédit que la situation prendra fin dans un grand brasier.

Une chronologie retraçant les événements.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une chronologie retraçant les événements.

Photo : Radio-Canada

Avec des informations de CBC News

Crimes et délits

Justice et faits divers