•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba en voie d'être un des grands centres de production de protéines végétales

Du canola pressé et de la poudre de protéine de canola

En plus de protéine à base de pois, Burcon NutraScience Corp produira également des protéines à base de canola.

Photo : Radio-Canada

Deux ans après l’annonce de la multinationale française Roquette, l’entreprise Burcon NutraScience envisage d'investir 65 millions de dollars pour également construire une usine de production de protéines végétales au Manitoba.

Les deux usines seront opérationnelles en 2020 et produiront environ 150 000 tonnes de protéines de pois au cours de leur première année.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la production annuelle mondiale de protéines végétales peut être estimée à environ 800 millions de tonnes.

Les entreprises Roquette et la Burcon NutraScience affirment avoir choisi le Manitoba pour la qualité de la main-d’œuvre, l’abondance de l’énergie durable et surtout la proximité avec la matière première.

La production de pois dans l’Ouest canadien en 2017 était estimée à 4,1 millions de tonnes.

« On va privilégier le pois du Manitoba, mais l’avantage est qu’on a accès aux marchés de la Saskatchewan, et de l’Alberta au besoin  », dit Martin Schweizer, vice-président, développement technique à Burcon NutraScience.

Une utilisation variée

Tout comme les protéines animales, les protéines végétales peuvent entrer dans la composition de la peau, des muscles, des cheveux et du sang. Certaines jouent le rôle d’enzymes, d’anticorps ou d’hormones.

Les protéines de pois par exemple sont utilisées pour la nutrition des sportifs et la nutrition clinique selon Pascal Leroy, responsable de l’activité des nouvelles protéines à Roquette.

Elles sont utilisées dans la fabrication des boissons et également dans la fabrication des substituts de viande tel le burger Beyond Meat.

Un burger de haricot et de protéine de canola

Les protéines de canola peuvent être utilisées en remplacement de l’œuf pour ses capacités fixatrices

Photo : Radio-Canada

« La viande végétale est un marché en très forte croissance et dans sa fabrication, la protéine de pois est la protéine de prédilection pour le goût et la qualité alimentaire  », dit Pascal Leroy.

Un marché en pleine croissance

Les protéines d’origine végétale représentent un marché nord-américain de 1 milliard de dollars US. Selon l’association Good Food Institute, les ventes d’alternatives à la viande ont bondi de 23 % en 2018 aux États-Unis.

Pour la multinationale Roquette, la demande en protéines végétales pour la nutrition humaine connaît une croissance considérable dans le monde principalement en raison de la volonté des consommateurs de prendre soin de leur santé et d’assurer un développement durable.

Avant même l’ouverture de leur usine, Martin Schweizer de Burcon NutraScience affirme que des acheteurs potentiels manifestent déjà grandement leur intérêt : « La semaine dernière, j’ai voyagé en Amérique du nord et l’intérêt dont faisaient preuve ces acheteurs pour nos produits nous a également surpris. »

« La croissance annuelle moyenne des produits à base de protéines végétales lancées au cours des 5 dernières années est de 33 % », explique Pascal Leroy de chez Roquette.

Pour pouvoir répondre aux besoins d’un tel marché, les deux entreprises sont conscientes qu’elles devront augmenter continuellement leur production.

Une boisson à base de protéine de pois

La quantité de protéines du lait de pois est presque équivalente à celle contenue dans les boissons de soya ou dans le lait de vache.

Photo : Radio-Canada

Un produit coûteux

M. Leroy pense que le coût des protéines végétales sur le marché est lié à sa qualité et son apport nutritif à l’alimentation humaine. « Il a un positionnement qui est le sien en raison de sa qualité, dit-il , notre objectif principal comme entreprise est de répondre aux besoins des consommateurs qui veulent s’orienter vers un régime alimentaire qui correspond à leur style de vie. »

M. Schweizer espère pour sa part que l’augmentation de la production de ses protéines un peu partout dans le monde contribuera à la rendre plus abordable pour toutes les bourses.

Les protéines végétales produites au Manitoba seront vendues en Amérique du Nord et dans le monde entier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Agro-industrie