•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pompiers de Saint-Clément privés d'une fréquence pour les urgences

Balayeur d'ondes radio.

Un balayeur d'ondes radio

Photo : Radio-Canada / Gian-Paolo Mendoza

Patrick Bergeron

Les pompiers de Saint-Clément ne peuvent plus utiliser les fréquences radio dédiées aux premiers répondants. Incapable d'en arriver à une entente avec les élus, l'entreprise Électronique Mercier de Rivière-du-Loup a bloqué le signal qu'il offrait à la Ville mercredi.

Jusqu'à l'an dernier, les frais associés à ce service étaient payés par le gouvernement du Québec.

Mais, depuis l'implantation du service RENIR pour les ambulanciers, Québec a cessé de payer.

Malgré quelques échanges au cours des derniers jours, la Ville et l'entreprise privée n'ont pas réussi à s'entendre.

Privés de ce moyen de communication avec le centre d'appel d'urgence, les élus et la direction du service incendie demandent l'aide du gouvernement du Québec.

Selon le directeur du service incendie des villes de Saint-Hubert et de Saint-Clément, Jacques-Éric Mercier, cette décision vient compliquer le travail des intervenants.

C'est maintenant impossible pour nous de demander des ressources supplémentaires par radio. Tout doit maintenant passer par le cellulaire.

Jacques-Éric Mercier, directeur du service incendie

Toujours selon le directeur du service incendie, l'arrêt de ce service pourrait aussi avoir des incidences lors d'interventions conjointes avec les pompiers de la MRC des Basques.

Il rappelle également que dans certains secteurs, le réseau cellulaire est déficient, ce qui pourrait causer des problèmes aux pompiers.

Questionné, le président-directeur général d'Électronique Mercier, Carl Deschênes, rejette le blâme sur les membres du conseil municipal. Dans une lettre envoyée aux élus en avril, l'entreprise privée avait fixé au 15 juillet la date limite pour une nouvelle entente.

Mais, selon Carl Deschênes, les représentants du village n'ont jamais contacté son entreprise avant cet ultimatum.

Au cours des derniers jours, différentes propositions ont été étudiées, mais sans en arriver à une entente.

C'est la responsabilité de la municipalité d'assurer la sécurité de ses citoyens !

Carl Deschênes, pdg d'Électronique Mercier

Malgré tout, les dirigeants d'Électronique Mercier ne ferment pas la porte à d'autres discussions avec les élus de Saint-Clément. Des rencontres doivent aussi avoir lieu en septembre avec d'autres municipalités pour tenter d'améliorer le service offert aux premiers répondants de la région.

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale