•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec met fin au projet Gires

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2003 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget, annonce l'abandon du système de gestion intégrée des ressources, qui a coûté 400 millions de dollars et qui n'a jamais servi.

Le gouvernement libéral a décidé d'abandonner le projet Gires, système de gestion intégrée des ressources, lancé en 1999. Gires devait remplacer plus d'un millier de logiciels utilisés dans 138 ministères et organismes québécois par un seul superlogiciel. Or, le système, mis de l'avant par l'ancien gouvernement du Parti québécois, n'a jamais servi.

La décision de mettre fin à son implantation a été annoncée à Québec par la présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget.

Lors de son lancement, il y a quatre ans, le système devait coûter 80 millions dollars. Les coûts sont passés à 275 millions de dollars en 2000 et à 345 millions actuellement.

Toutefois, si on inclut les intérêts, le coût du projet dépasse les 400 millions de dollars, selon la ministre. «Il est temps de tourner la page sur ce projet et de concentrer nos efforts sur la mise en place de solutions qui répondent aux besoins des citoyens et à notre réelle capacité financière», affirme Mme Jérôme-Forget dans son communiqué.

La présidente du Conseil du trésor a donc confié au nouveau secrétaire associé à l'Inforoute gouvernementale et aux Ressources informationnelles, Robert Desbiens, le mandat de reconfigurer le projet, en tenant compte des moyens financiers du gouvernement.

M. Desbiens sera aussi responsable de la mise en place du «Gouvernement en ligne», une promesse du Parti libéral lors de la dernière campagne électorale.

Le reportage de Pierre Tourangeau

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.