•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vol inusité de 2000 plants d'ail à Shefford

Lyne Fortin et Maher Hanna devant leur champ d'ail désormais vide.

Lyne Fortin et Maher Hanna ont vu leurs 2000 plants d'ail être volés.

Photo : Radio-Canada / Jean Arel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Fortin-Hanna ont eu une bien mauvaise surprise à leur réveil mardi. Les 2000 plants d'ail de leur potager avaient été volés au cours de la nuit.

Les Jardins Côte à Côte de Shefford produisent de l'ail local à petite échelle et les propriétaires, qui sont devenus producteurs depuis peu, sont consternés.

Les voleurs ont déterré les plants qui arrivaient à maturité. La valeur du vol est évaluée à 4000 $.

Même si la somme n'est pas astronomique, le couple se dit tout de même frustré de se retrouver sans le fruit de son labeur. C'est assez ordinaire. De voir que les gens ont autant peu de scrupule et volent le travail de gens comme ça. Ce ne sont pas des biens matériels. Tu ne peux pas récupérer ça. C'est tout le temps et l'énergie qu'on a mis. C'est vraiment frustrant, s'indigne Lyne Fortin.

Un seul bulbe a été épargné du vol. Il a été retrouvé en bordure de route. Quand on le regarde, on se dit que notre production était tellement belle. On a bichonné ces plants un par un. C'est tellement une petite production qu'on a le temps de mettre beaucoup d'énergie à bien les engraisser. On trouve ça vraiment triste.

Selon Mme Fortin, le voleur savait ce qu'il faisait. Il n'a pris que les plants qui étaient à maturité alors que les plants de semence, qui sont plus petits, ont été laissés là. Il savait que ce n'était pas un produit vendable.

Le couple se retrousse les manches

Une plainte a été déposée à la Sûreté du Québec, mais les policiers n'ont pas été très encourageants quant à la possibilité de retrouver l'auteur du larcin.

Le couple est arrivé à Shefford il y a trois ans. On se cherchait un petit projet structurant pour rencontrer des gens dans la communauté. On a choisi l'ail parce qu'il y a des façons de faire du bel ail au Québec plutôt que de le faire venir de Chine, dit-elle.

Malgré tout, le couple n'entend pas baisser les bras pour autant. Vendredi matin, M. Hanna a acheté 800 nouveaux plants d'ail. C'est certain qu'il va y avoir un chien et des caméras. On ne se laisser a pas faire.

Il y a quelques années, une ferme maraîchère de Saint-Malo avait subi le même sort.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !