•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement ontarien subventionne de nouveau les festivals d’Ottawa

Une enseigne du Festival de jazz d'Ottawa avec, en arrière-plan, des drapeaux de la Ville d'Ottawa.

Trois semaines avant le début de l'événement cet été, le Festival de jazz d'Ottawa a su qu'il ne recevrait pas une subvention de 290 000 $. Or, il apprend maintenant qu'il recevra 250 000 $ (archives).

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfe

Radio-Canada

Le gouvernement de Doug Ford change de cap en matière de financement des festivals cette année. Après avoir annoncé des compressions au programme Fêtons l'Ontario le mois dernier, il accorde maintenant près de 800 000 $ de plus que prévu aux différents événements d’Ottawa.

La ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport, Lisa MacLeod, a indiqué jeudi à CBC qu’un financement additionnel de 792 000 $ sera accordé aux festivals de la capitale nationale.

Selon les annonces faites jusqu’à présent, le Festival de jazz d’Ottawa recevra 250 000 $ et le Festival des tulipes, 69 000 $.

Le reste de la province se partagera un autre montant de 800 000 $. Toronto recevra pour sa part un peu plus d’argent également, selon la ministre MacLeod.

De nouvelles annonces sont attendues au cours des prochaines semaines.

N’ayez pas trop d’attentes, avertit la ministre

Après avoir pris les rênes du ministère du Tourisme lors du remaniement en juin, Mme MacLeod a indiqué qu’elle a pu réévaluer le financement des festivals de la province parce que le gouvernement ne s’était pas engagé à dépenser toute l’enveloppe prévue.

Le fonds n’était pas vidé et j’ai donc pu revoir un nombre de demandes de subventions qui avaient été rejetées précédemment, a-t-elle expliqué.

La ministre MacLeod en point de presse avec deux intervenants derrière elle.

La ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport, Lisa MacLeod (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Mme MacLeod a expliqué que son ministère envisage d'apporter des changements à la façon dont les subventions seront allouées à l'avenir. Elle souhaite notamment que les organisateurs prouvent que leurs festivals valent la peine d'être financés. De plus, ils ne doivent pas s’attendre à recevoir du financement année après année.

Je ne veux pas qu’ils aient l'impression que ces sommes leur sont dues, que le financement reviendra parce qu’un festival a reçu une somme importante une année, a-t-elle fait valoir.

Sauvé, mais...

En juin, quelques semaines avant le début du Festival de jazz d’Ottawa, les organisateurs ont appris qu’ils ne recevraient plus la subvention de 290 000 $ pour laquelle ils avaient fait une demande. Ils croyaient recevoir ce financement en raison des sommes reçues les années passées.

Toutefois, un appel est venu changer la donne. La productrice du festival, Catherine O'Grady, croyait qu’il s’agissait d’une blague cruelle lorsqu’elle a appris que son événement allait finalement bénéficier d’un financement de 250 000 $ de la part du ministère du Tourisme.

Mme O'Grady dans son bureau.

La productrice du Festival de jazz d'Ottawa, Catherine O'Grady, a affirmé que l'événement se trouvait dans une situation financière difficile avant l'annonce de ce financement.

Photo : Radio-Canada

Au moment de l’appel, je jonglais avec chaque dollar pour savoir quel compte j’allais payer, a-t-elle dit. Nous avions déjà consacré des fonds et investi dans notre stratégie publicitaire.

Les conditions météorologiques, nettement plus favorables, ont permis d'attirer 290 000 spectateurs cette année, soit près de 50 000 personnes de plus qu'en 2018. Même si ce nombre avait tout pour réjouir les organisateurs, c'est l'ajout de l'aide du provincial dans la colonne des actifs qui est venu faire toute la différence.

Cela a sauvé le festival.

Catherine O'Grady, productrice du Festival de jazz d'Ottawa

Désormais, l’organisation ne présumera cependant pas que des subventions lui seront accordées. Nous avions des craintes significatives. Je ne crois pas que ces subventions seront une source fiable de financement à l’avenir, a conclu Mme O’Grady.

D'après les informations de Ryan Tumilty de CBC

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale