•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les berges des Grands Lacs reculeront de 60 mètres d’ici un siècle

Trois chaises devant un lac.

Selon un groupe de scientifiques qui ont étudié l’impact des changements climatiques sur l’érosion des berges, les Grands Lacs gagneront, en moyenne, 60 centimètres de plus chaque année.

Photo : Radio-Canada / Rose St-Pierre

Radio-Canada

Les résidents le long des Grands Lacs voient leur terrain grugé par la force des vagues année après année. Les sous-sols sont inondés régulièrement et malgré les sacs de sable et les murets de protection, les lacs gagnent du terrain. Une situation qui devrait s’aggraver dans les prochaines années, selon les experts.

Tout le monde qui vit sur le bord du lac cet été, on est tous stressés!

Pauline Tremblay-St-Pierre habite le long du lac Sainte-Claire, dans le sud-ouest de l’Ontario. Sa propriété est depuis plusieurs dizaines d’années ceinturée d’un muret de protection qui mesure plus d’un mètre.

Mais cette année, de forts vents, combinés au haut niveau de l'eau du lac Sainte-Claire, ont projeté les vagues au-dessus du muret. Résultat : le sous-sol a été inondé.

Selon Peter Zurek, géoscientifique qui dirige une étude sur l’érosion des rives dans la région, la situation devrait empirer dans les prochaines années. Selon le groupe de scientifiques qui ont étudié l’impact des changements climatiques sur l’érosion des berges, les Grands Lacs gagneront, en moyenne, 60 centimètres de plus chaque année.

Donc, dans 100 ans, on aura perdu 60 mètres de berges, évalue le scientifique.

De nombreux résidents le long des Grands Lacs devront donc redoubler d’efforts et de créativité pour protéger leur propriété.

Pour Pauline Tremblay-St-Pierre, la seule solution est de relever le niveau de son terrain.Il va falloir commencer à mettre des sacs de sable et à bâtir notre terrain plus haut, même avec notre mur [de protection].

Christine Juillet, qui habite aussi le long du lac Sainte-Claire, a choisi de renforcer ses berges avec des roches naturelles. Depuis qu’elle habite la région, elle dit avoir vu les berges reculer de 12 à 15 pieds et plusieurs plages, disparaître.

Quatre résidences le long du lac St-Clair

Les résidents le long du lac Sainte-Claire se protègent comme ils peuvent de l'érosion des berges : roches, muret de métal ou élévation du terrain.

Photo : Radio-Canada / Rose St-Pierre

C’est un sujet constant dans le voisinage, lance la résidente de Belle-Rivière.

On sent déjà les impacts des changements climatiques, explique le scientifique Peter Zurek, en réponse aux observations des résidents. Et malheureusement, ça devrait empirer.

Dans plusieurs dizaines d’années, la disparition du couvert de glace du lac Érié pourrait même accélérer l’érosion des berges et doubler le rythme annuel d’érosion projeté.

L’étude que Peter Zurek dirige est la première du genre en Ontario. Nous sommes une équipe de scientifiques, mais aussi de travailleurs dans le domaine des sciences humaines. L’objectif est de faire participer les citoyens afin de trouver des manières de s’adapter à cette nouvelle réalité.

Nous voulons utiliser les meilleures données scientifiques disponibles, les projections de l’impact des changements climatiques, et élaborer quelque chose qui n’a jamais été fait en Ontario, pour aider les collectivités à s’adapter, explique-t-il.

Windsor

Changements climatiques