•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Sarre, championne du véhicule électrique dans la région

Une petite voiture électrique est rechargée dans un stationnement.

Les subventions ont un impact sur les ventes de véhicules électriques.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Malgré les longues distances et l'implantation tardives des bornes de recharge électrique sur son territoire, le nombre d'adeptes de véhicules électriques s'est accru en Abitibi-Témiscamingue, une tendance observée dans l'ensemble de la province.

Le Québec a dépassé cette année le cap des 50 000 voitures électriques, ce qui fait de la belle province la première au pays devant l'Ontario et la Colombie-Britannique. C'est ce qui ressort des données de la Société d'assurance automobile du Québec compilées par l'AVEQ.

Près de 600 voitures électriques circulent sur les routes de la région, soit 0,3 % de l'ensemble de la flotte automobile.

La Sarre, championne de la région au pro rata de la population

C'est la ville de La Sarre qui compte proportionnellement le plus grand nombre d'adeptes de véhicules électriques dans la région, avec un total de 45 véhicules pour plus de 7300 habitants, soit 61 véhicules par tranche de 10 000 habitants.

Amos suit de près avec 74 véhicules pour un peu moins de 13 000 habitants, soient 57 véhicules par tranche de 10 000 habitants.

C'est cependant Rouyn-Noranda qui compte le plus de véhicules électriques sur ses routes, avec un total de 170 voitures électriques. Au pro rata de la population, ce nombre équivaut à un peu moins de 40 véhicules par tranche de 10 000 habitants.

Val-d'Or ferme le bal avec un total de 100 véhicules électriques, ce qui correspond à un peu plus de 30 véhicules électriques par tranche de 10 000 habitants.

Une voiture porte le logo de la Ville d'Amos devant le concessionnaire Hyundai.

Amos a ajouté un véhicule électrique à sa flotte municipale.

Photo : gracieuseté Ville d'Amos

Une option de mieux en mieux adaptée aux régions

Le porte-parole média de l'AVEQ, Martin Archambault note que s'ils étaient auparavant plus vendus autour des grands centres, les véhicules électriques sont de mieux en mieux adaptés aux longues distances des régions.

«Historiquement, si on recule de deux ans, les véhicules avaient une autonomie moyenne qui était relativement faible, ce qui fait que les gens qui avaient des plus grandes distances à parcourir se sentaient moins interpellés par ce type de véhicules, rappelle M. Archambault. Mais ça change très vite, maintenant ces véhicules ont 350-400 km, parfois même plus d'autonomie. Donc, ça permet aux gens des régions d'en avoir même s'ils ont des distances plus grandes à parcourir sur une base régulière.»

Québec, toujours championne au Canada

On compte plus de 112 000 véhicules électriques au Canada, principalement répartis entre le Québec, l'Ontario et la Colombie-Britannique. Les mesures incitatives implantées dans la belle province, qui peuvent atteindre 8000 dollars, jumelées à l'ajout d'un crédit d'impôt de 5000 dollars du gouvernement fédéral stimulent l'intérêt des Québécois à rouler électrique, croit M. Archambault.

«Il y a de quoi en être fiers, je pense. Il faut comprendre que le véhicule électrique a une popularité presqu'exclusivement au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique. Ça commence un peu dans les Maritimes, mais le reste de l'Ouest, c'est le désert total. L'engouement est beaucoup autour du Québec et de l'Ontario», conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !