•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des fermetures de piscines en raison du manque de sauveteurs à Shawinigan

Sauveteur sur une chaise qui regarde des enfants.

Des municipalités de la Mauricie ont dû mal à recruter des sauveteurs.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une nouvelle vague de chaleur est à nos portes, mais certaines piscines de la région ne peuvent accueillir des baigneurs tous les jours en raison du manque de sauveteurs.

À Shawinigan, les piscines sont fermées une journée par semaine à tour de rôle, alors qu’avant elles étaient toutes ouvertes 7 jours sur 7 l'an dernier.

La Ville affirme avoir utilisé plusieurs moyens pour recruter des sauveteurs, mais elle n’a pas atteint son objectif.

La plage du parc des Piles est même sans surveillance pour la saison 2019.

Famille sur le bord de l'eau du lac avec une chaise vide de sauveteur.

Il n' y a pas de sauveteur cet été à la plage du parc des Piles.

Photo : Radio-Canada

La gestionnaire des piscines à Trois-Rivières, Sabrina Dubar, affirme que plus de sauveteurs sont nécessaires qu’avant pour combler le même nombre d'heures.

Souvent, les sauveteurs, ils veulent faire plus du temps partiel, [..] faire moins d’heures par jour et ne pas travailler les fins de semaine, alors on doit prendre beaucoup plus de sauveteurs pour faire le même nombre d’heures, explique-t-elle.

Au total, la Ville de Trois-Rivières compte près de 60 sauveteurs pour ses piscines et plans d'eau.

Pancarte avec des horaires.

Les piscines de Shawinigan sont fermées une journée par semaine par manque de sauveteurs.

Photo : Radio-Canada

Selon la Société de sauvetage, le nombre de sauveteurs formés en Mauricie est stable à environ 500 personnes.

La Société de sauvetage envisage différentes solutions pour pallier le manque de main-d'oeuvre, comme la formation des futurs sauveteurs dès le secondaire, dans les programmes parascolaires.

L'autre stratégie qu'on veut mettre de l'avant, c'est de former davantage les adultes, peut-être aussi même des anciens sauveteurs, ceux et celles qui ont pris leur retraite, explique le directeur général de la Société de sauvetage, Raynald Hawkins.

Mauricie et Centre du Québec

Emploi