•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Uber pourrait manquer de chauffeurs en dehors du Grand Vancouver

Les conducteurs Uber doivent obtenir un permis de classe 4 en Colombie-Britannique.

La province oblige aux conducteurs Uber d'avoir un permis de classe 4.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Hélène Bardeau

La plateforme Uber pourrait faire face à une pénurie de chauffeurs à l’extérieur de la région métropolitaine de Vancouver en raison de l'obligation de détenir un permis de conduire de classe 4.

C'est ce que déclare la société californienne qui s’inquiète de ne pouvoir offrir ses services à l’extérieur de la région si elle n'arrive pas à embaucher suffisamment de conducteurs titulaires de ce type de permis qui est similaire à celui exigé aux chauffeurs de taxi.

Il diffère des permis de classe 5 détenus par la plupart des automobilistes.

Cette obligation d'avoir un permis de classe 4 est prévue dans le plan du gouvernement qui entend autoriser les véhicules d'Uber à circuler en Colombie-Britannique d'ici le 16 septembre. La multinationale exerce déjà ses activités en Ontario, au Québec, en Saskatchewan, au Manitoba et en Alberta.

une voiture uber avec le logo et quelqu'un assis au volant, on voit son bras qui sort de la fenêtre de la voiture qui est baissée.

La société Uber craint de manquer de chauffeurs dans la province

Photo : Associated Press / Jeff Chiu

Pour le porte-parole de la compagnie pour l’ouest du Canada, Michael van Hemmen, l’obligation de ce permis de conduire va rendre plus difficile l’exploitation d’Uber dans les zones rurales de la province.

Nous avons besoin de beaucoup de chauffeurs.

Michael van Hemmen, porte-parole de la compagnie pour l’ouest du Canada.

Pour obtenir ce permis de conduire, il est nécessaire de passer un processus de vérification des antécédents criminels ainsi qu’une évaluation de son état de santé tous les cinq ans.

Un examen théorique portant sur les techniques de conduite spécialisées sur les véhicules de promenades (camionnette, minibus) est également obligatoire. Cette demande suscite l'incompréhension auprès du représentant : « Nous ne comprenons pas pourquoi c’est obligatoire », dit Michael van Hemmen.

Un évaluateur prend des notes durant un examen de conduite.

Les conducteurs doivent passer un nouveau test pour obtenir le permis de conduire de classe 4.

Photo : iStock / humonia

Un examen plus complexe ?

Chauffeur pour la société Uber à Calgary depuis trois ans, Igor Ryltsev a dû lui aussi passer le test du permis de conduire de classe 4. En seulement une semaine, il a pu passer son examen de conduite, mais aussi obtenir les rendez-vous médicaux recommandés. Si ce dernier se dit chanceux, il raconte que cela n’a pas été le cas pour ses autres collègues.

Certains des chauffeurs avec 15 ou 20 années d’expérience ont dû payer des centaines de dollars et repasser le test plusieurs fois, car le test était trop compliqué.

Igor Ryltsev, chauffeur Uber à Calgary.

La société a envoyé des courriels aux personnes qui avaient postulé pour devenir chauffeur en Colombie-Britannique leur recommandant de commencer le processus d’acquisition d’un permis de classe 4.

Le porte-parole d’Uber pour l’Ouest canadien avise aux intéressés de passer les examens requis dès à présent : « Si vous voulez commencer à rouler à partir de l’automne, allez-y sans plus tarder ».

Colombie-Britannique et Yukon

Transports