•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement au Labrador : un quatrième corps retrouvé

Un hydravion.

Les sept personnes ayant subi l'accident étaient à bord d'un appareil de type Beaver.

Photo : Rémi Tremblay

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le corps d’une quatrième victime a été retrouvé mercredi après-midi à la suite de l’écrasement d’un avion d’Air Saguenay dans le nord du Labrador le 15 juillet. Il s'agit du second guide de pêche de la pourvoirie Three Rivers Lodge.

La caporale de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) Jolene Garland a déclaré que des plongeurs avaient retrouvé le corps dans le lac Mistastin, à environ 100 km au sud-ouest de Nain.

La victime, âgée de 50 ans, était originaire de Terre-Neuve-et-Labrador.

Au total, sept personnes, dont le pilote, se trouvaient dans l'appareil au moment de l'écrasement. Trois personnes manquent donc toujours à l’appel. Les recherches se poursuivent pour tenter de les retrouver.

Les recherches sont toutefois compliquées par le fait que l'hydravion abîmé a coulé au fond du lac, qui atteint quelque 200 mètres de profondeur à certains endroits.

La balise de l'appareil ne s'est d'ailleurs pas déclenchée au moment de l'impact, ce qui soulève des questions sur l'efficacité de ces balises, d'après Jean Tremblay, le président d'Air Saguenay.

Pourquoi ces balises ne se déclenchent pas? Il s'est produit la même chose pour l'hélicoptère de Savoura. Je lève un petit drapeau rouge si les balises sont si efficaces.

Une citation de :Jean Tremblay, président d'Air Saguenay

La cause de l'accident, survenu après le départ de l'avion du Three Rivers Lodge, au Labrador, pour se rendre à une partie de pêche sur le lac Mistastin, est toujours inconnue.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !