•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Bronzette et pèlerinage en France dans les années 60

    L'émission Reportage a suivi à l'été 1960 un groupe de touristes canadiens à travers leur voyage en France.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    À quoi ressemblait un voyage de Canadiens en France dans la période de l’après-guerre? À l’été 1960, une équipe de Radio-Canada accompagnait un groupe de touristes sur le Vieux Continent afin de connaître leurs coups de cœur et destinations incontournables. Voici quelques extraits du reportage À chacun son tour de France.

    38 jours, c’est la durée du séjour en France de cette famille de touristes québécois interrogés dans ce premier extrait du reportage À chacun son tour de France.

    « Je croyais que c'était ruiné par la guerre, que le moral était bas », déclare le père de famille agréablement surpris par l'accueil des Français.

    Parmi les villes qu’ils ont visitées, Paris et Lourdes semblent se distinguer.

    Dans un précédent reportage intitulé À Paris un été…, une équipe de Radio-Canada s’intéressait à leur passage dans la Ville Lumière.

    Cette fois, l’émission Reportage du 8 mai 1961 se penche sur d’autres régions de la France qui ont la faveur des touristes canadiens-français.

    Les Hautes-Pyrénées

    Reportage, 8 mai 1961

    Dans la région des Hautes-Pyrénées, le groupe du voyage organisé que Radio-Canada suit s’attarde longuement à la grotte du Sanctuaire Notre-Dame de Lourdes.

    À l’aide de petites bouteilles, les femmes récoltent son eau miraculeuse qui « donne des grâces ».

    Un arrêt aux nombreuses boutiques de souvenirs religieux est également au programme.

    À dos de mulet, le groupe s’aventure par la suite à travers les Pyrénées pour aller contempler le cirque de Gavarnie.


    La Côte d’Azur

    Sur le bord de la mer Méditerranée, les vacanciers font le plein d’air salin et font du pédalo.

    Reportage, 8 mai 1961

    « Le service est long à la table, mais on mange longtemps », commente une touriste franco-manitobaine rencontrée sur la plage.

    Les voyageuses avisées auront prévu d’élégantes toilettes, car le soir venu, des musiciens animent la piste de danse de ces mêmes restaurants.

    Reportage, 8 mai 1961

    À la plage bondée de Nice, une crieuse de journaux se faufile entre les parasols et les chaises longues.

    Quelques enfants s’amusent sur ce rivage couvert de galets, mais la bronzette semble l’activité de prédilection des vacanciers.

    Le journaliste de Radio-Canada fait la connaissance d’un habitué de la Côte d’Azur. Il y séjourne depuis deux semaines et pour une sixième fois.

    « Qu’est-ce qui vous fait revenir à Nice? », lui demande-t-il.

    « Le soleil, la mer et l'atmosphère qui règne ici » répond le touriste québécois, vantant au passage la vie nocturne de Nice.


    Carcassonne

    Reportage, 8 mai 1961

    À Carcassonne, le groupe de touristes canadiens-français visite le château Comtal et ses remparts sous la direction de leur guide.

    Il existe tout près une commune française appelée Montréal, apprennent-ils en admirant le paysage du haut d’une tour.

    Une pause bien méritée après une ascension de la citadelle bien pénible pour ceux qui n’ont emporté que leurs chaussures de ville…


    Cap Ferrat

    Sur la presqu’île du cap Ferrat, au cœur des rochers, la baignade est encore une fois au programme.

    Reportage, 8 mai 1961

    Une touriste de Saskatoon se dit bien impressionnée du paysage, mais aussi du nombre de résidents. « C’est énorme à côté des Prairies », souligne-t-elle.


    Lisieux

    Reportage, 8 mai 1961

    À Lisieux, en Normandie, la visite du jardin de la maison des Buissonnets ne semble pas soulever un grand enthousiasme.

    « Où allez-vous? », demande le journaliste de Radio-Canada à une vacancière du voyage organisé. « On suit le groupe », offre-t-elle comme seule réponse.


    Soixante ans plus tard, plusieurs de ces destinations françaises sont encore prisées des touristes québécois. D’autres, certainement moins bien qu’elles, demeurent ancrées dans nos archives…

    Encore plus de nos archives

    Archives

    International